Ecoutez Radio Sputnik
    Une patrouille de police française

    Pourquoi la police française se révolte

    © AFP 2019 FRANCK FIFE
    France
    URL courte
    Mouvement policier en France (automne 2016) (21)
    64458
    S'abonner

    Ils n'en peuvent plus. Après deux nuits de manifestations, des policiers se sont de nouveau rassemblés, mercredi soir, dans trois villes françaises pour exprimer leur mécontentement concernant leurs conditions de travail.

    Un adjoint de sécurité de 28 ans a été grièvement brûlé dans une attaque au cocktail Molotov d'un véhicule de police à Viry-Châtillon (Essonne) le 8 octobre. C'est cette agression qui a déclenché les manifestations actuelles.

    Environ 500 policiers, pour la plupart en civil, se sont rassemblés mercredi soir sur la place de la République à Paris, après deux premières nuits de manifestations. Le catalyseur pour les manifestations était une attaque au cocktail Molotov sur quatre officiers dans une banlieue de Paris au début du mois.

    Ajoutez à ce fait que les agents travaillent en état d'urgence depuis près d'un an, et ce n'est pas une surprise, ils en ont marre.

    Le gouvernement a promis d'entamer des entretiens avec des officiers autour de la situation en France, et voici les plaintes qu'ils entendront probablement, réunies par le site The Local.

    Manque d'effectifs et de policiers

    « Depuis quelques années, ça se dégrade. On a perdu des effectifs. Tout est énormément compliqué dans la police », a déclaré un policier anonyme à BFM TV.

    Un autre problème au sein de la police français est le manque de moyens et de personnel. « On n'est pas assez nombreux, pas assez bien équipés. Ça nous arrive d'intervenir à deux contre dix personnes qui n'ont pas envie de nous voir », a-t-il déploré.

    Certains officiers doivent payer pour leur propre équipement, a confié un policier anonyme à France Info. Par exemple, une veste où on peut mettre tout l'équipement supplémentaire (radio, gants, etc.) coûte 70 euros ou plus si elle est pare-balles.

    Les bas salaires et les mots vides

    Selon un policier anonyme, le « travail devient impossible » également en raisons des salaires bas.

    « On est payé à coup de lance-pierres, pour faire des horaires de fou, et pour finir par se faire attaquer et incendier par des tueurs de flics qui ne craignent plus l'État », a-t-il déclaré à Breizh Info. « On en a ras le bol d'entendre notre ministre (de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, ndlr) saluer "le sang-froid" des collègues. À force de garder notre sang-froid, c'est le sang chaud de nos collègues qui coulent ».

    « Nous sommes de plus en plus des secrétaires »

    Yan Pissard, un officier de police à Châtellerault (centre de la France), a déclaré à La Nouvelle République qu'il y avait tout simplement trop de paperasse.

    « On constate une augmentation du nombre de plaintes et de procédures. Comme nous sommes ouverts au public 24 h/24 , 7j/7, nous recevons de plus en plus de plaintes et déclarations de personnes vivant en zone gendarmerie où les horaires d'accueil du public se sont restreints. Le travail d'investigation demande plus de policiers. Les personnes soupçonnées ont plus de droits qu'auparavant. La procédure est donc plus lourde. On doit écrire plus de choses, tout notifier par écrit. Nous sommes policiers et aussi de plus en plus des secrétaires ».

    Terrifiés en raison du manque de sécurité

    Un officier a déclaré que sa femme avait peur de le laisser travailler chaque jour.

    « On en a marre d'aller travailler la peur au ventre », glisse l'un d'eux. « On veut que la peur change de camp », a avoué un autre policier français à Nice Matin.

    Suite aux manifestations, le gouvernement français a promis de s'entretenir avec des policiers. Affaire à suivre…

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Mouvement policier en France (automne 2016) (21)

    Lire aussi:

    Manifestation des policiers à Paris : «Nous sommes à bout»
    Les agressions contre les enseignants se multiplient en France
    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Tags:
    policier, manifestation, police, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik