Ecoutez Radio Sputnik
    Wi-fiDijon

    Un jeune Français appelle son accès Wi-Fi «Daesh 21» et finit au tribunal

    © Flickr/ Cameron Adams © Flickr/ llee_wu
    1 / 2
    France
    URL courte
    38920

    Un internaute français a été condamné jeudi à trois ans de prison avec sursis pour avoir baptisé sa box Internet «Daesh 21».

    Un Dijonnais de 18 ans, qui a baptisé son accès Wi-Fi « Daesh 21 » (21 pour le département de la Côte-d'Or), a été condamné jeudi à trois ans de prison avec sursis pour « apologie de terrorisme ».

    Selon les médias, un voisin du jeune homme a alerté la police en juillet dernier, après avoir repéré parmi les réseaux Wi-Fi disponibles à proximité ce nom qui rappelait celui du groupe terroriste Daech (Daesh en anglais).

    L'apologie de terrorisme est passible de cinq ans de prison et de 75 000 euros d'amende, conformément à la loi contre le terrorisme de novembre 2014.

    Toutefois, Karima Manhouli, avocate, affirme qu'il s'agit d'une bêtise d'un jeune qui n'est pas en mesure d'expliquer pourquoi il l'a faite.

    « C'est un gamin de 18 ans qui n'a même pas été en mesure d'expliquer ce nom. Je ne pense pas que renommer ainsi un accès Wi-Fi soit un acte d'apologie ! C'est neutre, c'est une connerie, mais pas un argumentaire ! », a déclaré Me Manhouli citée par les médias.

    Le jeune homme a depuis renommé son réseau sans fil « Roudoudou 21 ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    Six ans de prison pour les Suédois partis combattre avec Daech
    Aux Etats-Unis, il ne fait plus bon appeler un bébé Isis
    Une banque suisse zélée sanctionne une citoyenne prénommée Isis
    Tags:
    apologie, wi-fi, Internet, justice, terrorisme, Karima Manhouli, Dijon, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik