Ecoutez Radio Sputnik
    Les policiers dans le nord de Paris, banlieue de centre-ville de Saint-Denis, le 18 Novembre 2015

    Assaut du 18 novembre à Saint-Denis: les victimes toujours pas reconnues

    © AFP 2019 Francois Guillot
    France
    URL courte
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)
    1043
    S'abonner

    Un an après l’assaut des forces de l’ordre contre trois terroristes, dont l’organisateur présumés des attentats du 13 novembre Abdelhamid Abaaoud, les victimes ne sont toujours pas reconnues comme telles par l’État français.

    Près d'une vingtaine de personnes victimes directes ou indirectes de l'assaut policier contre les terroristes le 18 novembre, ont formé le « collectif du 18 Novembre Saint-Denis » afin de demander "d'urgence" la reconnaissance en tant que victimes du terrorisme, a déclaré l'avocat du collectif Mehana Mouhou dans une interview accordée à Sputnik.

    Le 18 novembre, il y a eu « un assaut des forces de police pour neutraliser les terroristes. Et ces victimes à ce jour, depuis un an, ne sont pas reconnues en qualité de victimes. […] Aucune démarche n'a été faite, en réalité. Donc, il y a un collectif qui regroupe des victimes qui ont été blessées, des familles qui ont des enfants qui ont été traumatisés, puisque plus de 5 000 cartouches ont été tirées en direction des terroristes à partir des appartements de locataires ou de propriétaires où étaient intervenues les forces de l'ordre », a expliqué l'avocat.

    Selon lui, l'objectif du collectif consiste à « se constituer partie civile devant le juge d'instruction antiterroriste et en même temps saisir un fond de garantie pour obtenir une indemnisation de tous les préjudices dans la mesure où ils ont des préjudices psychologiques ou bien ont été blessés. D'autres ont dû déménager, puisque les appartements étaient scellés. Et à ce jour, ces personnes ne sont toujours pas reconnues comme victimes et encore moins indemnisées pour leurs préjudices ».

    Plusieurs locataires civils ont perdus leurs biens, ayant été contraints de quitter leurs appartements et de payer un loyer ailleurs, « alors qu'ils étaient propriétaires ».

    « Mon objectif est purement juridique, en qualité d'avocat. […] C'est de faire du droit et de faire reconnaitre par la justice […] et par le fonds d'indemnisation les victimes du terrorisme ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)

    Lire aussi:

    La France commémore les victimes des attentats du 13 novembre
    Un état d’urgence qui est en train de devenir une sorte d’état permanent
    En France, le terrorisme flotte dans l’espace?
    Tags:
    avocat, assaut, reconnaissance, victimes, police, attentats du 13 novembre à Paris, collectif du 18 Novembre Saint-Denis, Sputnik, Mehana Mouhou, Saint-Denis, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik