Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    Refus de financement: le FN victime d’un délit de sale gueule?

    © REUTERS / Jacky Naegelen
    France
    URL courte
    1061682

    Les banques françaises refusent de prêter de l'argent au Front national. Marine Le Pen a bien sollicité des banques étrangères, mais lorsqu’il s’est agi des emprunts russes, l’Occident a toujours subodoré la main du Kremlin. Rien de nouveau, mais pourquoi la France ferme-t-elle les yeux quand on porte atteinte aux libertés de ses citoyens?

    La First Czech Russian Bank (FCRB) a fait rétrocession du crédit accordé au parti politique Front national, a rapporté l'Agence d'assurance-dépôts (DIA) à RNS. Le prêt, qui s'évaluait à 9 millions d'euros, a été accordé en automne 2014. Aujourd'hui, l'Agence d'assurance-dépôts essaie de recouvrir la dette par voie judiciaire. Rien d'extraordinaire là-dedans, il ne s'agit que de relations financières entre une banque privée et un particulier. Mais des politiciens et des médias français dénoncent le fait que la Russie finance le parti frontiste.

    Le Canard Enchaîné a annoncé que le membre du Congrès américain et député républicain Mike Turner avait envoyé une lettre au chef du renseignement national américain dans laquelle il demandait de faire le point sur le financement présumé du FN par Moscou. Selon la lettre de M. Turner, en février 2016, Marine Le Pen aurait reçu un prêt russe en échange d'une promesse de reconnaître la Crimée russe après sa victoire à la présidentielle françaises 2017.

    Quel est donc l'argument de ces accusations ? Le prêt a été accordé par la banque russe. Mais où Mme Le Pen ira donc chercher de l'argent, si les banques françaises n'acceptent pas de prendre le risque d'un prêt alors que tous les sondages la donnent en tête du premier tour ?

    Ne sommes-nous pas placé devant un cas de collusion entre les établissements bancaires de l'Hexagone et le pouvoir en place ?

    « Toutes les banques françaises refusent de prêter à la campagne présidentielle de Marine Le Pen, alors même qu'elles n'ont aucun risque puisque nous sommes sûrs de faire plus de 5 %. Donc, on voit bien qu'il y a un acte politique derrière cela », a affirmé la présidente du FN sur BFMTV et RMC, calculant à 6 millions d'euros la somme qui lui manque pour sa course à l'Élysée. Et d'en conclure: « Je suis combattue par les banques, cela pose un problème démocratique. J'ai sollicité des banques européennes, anglaises, américaines, russes. La première qui me dit oui, évidemment, j'accepterai ».

    Le Kremlin pour sa part ne sait rien de la démarche du Front national (FN), qui aurait demandé à la Russie de lui prêter des millions d'euros dans le but d'assurer le financement des prochaines campagnes électorales du parti. Et le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, l'avait déjà affirmé en février 2016. Encore là, rien d'étonnant, car il ne s'agit que de relations financières entre une banque privée et un particulier.

    En outre, lorsqu'on porte atteinte aux libertés chez soi, il devient peut-être plus logique de s'adresser à ceux qui octroient des crédits en se basant non sur des préjugés politiques mais sur la seule capacité de crédit du demandeur. Du reste, un prêt ne constitue pas un cadeau contre lequel il faudrait en retour marcher sous la houlette du Kremlin.

    En plus, Marine Le Pen a pour sa part fait savoir que l'octroi d'un crédit par une banque à participation russe n'aurait aucun impact sur la ligne politique du Front national. En outre, elle a exprimé son point de vue alternatif au gouvernement français avant même l'apparition de l'information concernant ce crédit.

    L'histoire connaît plusieurs exemples où des politiciens se sont tournés vers d'autres États pour s'assurer un financement, et non pas seulement pour les banques privées.

    Ainsi, au moins 6,5 millions d'euros auraient été accordés par des membres du gouvernement de Mouammar Kadhafi à Nicolas Sarkozy pour le financement de sa campagne présidentielle de 2007, selon Mediapart, qui fait état de l'existence d'un carnet ayant appartenu à un dignitaire libyen et dans lequel les versements à l'ex-président ont été consignés. Pourtant, cela n'a pas empêché la France de déclencher son intervention en Libye. 
    L'Arabie saoudite a déboursé plus de 20 % du coût de la campagne d'Hillary Clinton pour l'élection présidentielle américaine, a déclaré dimanche le prince Mohammed ben Salman cité par l'agence jordanienne Petra.

    Le New York Post annonçait détenir un document selon lequel des enquêteurs français avaient commencé à suivre la piste de dizaines de millions d'euros d'argent public qui auraient abouti dans les caisses de la fondation des époux Clinton. Le tout, alors que parallèlement, le scandale enfle en Allemagne sur le versement par l'Agence allemande de coopération internationale (GIZ) et le ministère de l'Environnement de plusieurs millions d'euros à la fondation controversée (respectivement 2,4 et 4,5 millions d'euros).

    Mais qui se souvient de l'histoire ou des libertés lésées quand on entend le mot « Russie »? Accuser le Kremlin est devenu définitivement un mode de vie…

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Présidentielle 2017: Marine Le Pen empruntera 6 M EUR à son père
    Les enquêteurs privilégieraient une nouvelle hypothèse sur l’incendie de Notre-Dame
    Ingrid Levavasseur pronostique l’avenir des Gilets jaunes suite aux annonces de Macron
    Incident entre Marines française et chinoise dans le détroit de Taïwan
    Tags:
    La Main du Kremlin, financement, élection présidentielle, banques, Marine Le Pen, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik