Ecoutez Radio Sputnik
    François Hollande: moi président… du Conseil Européen

    François Hollande: moi président… du Conseil Européen

    © AFP 2019 MARTIN BUREAU
    France
    URL courte
    58349
    S'abonner

    François Hollande, qui fait attention à se tenir bien loin des débats de la primaire de la gauche, a des projets pour sa vie post-Élysée. Parait-il qu’en plus d'une fondation consacrée à l'innovation sociale, M. Hollande viserait le Conseil européen.

    À en croire les rumeurs qui circulent dans les couloirs de l'Élysée et provenant du proche entourage de M. Hollande, le président en exercice de la République française a une idée bien précise de son avenir une fois son mandat achevé.

    Selon plusieurs sources proches du président, M. Hollande convoiterait volontiers la présidence du Conseil européen, actuellement dirigé par le premier ministre polonais Donald Tusk.

    D'ailleurs, M. Hollande a le droit de rêver car cette place tant convoitée sera bien vacante au moment où il achèvera son quinquennat, étant donné que le mandat de M. Tusk touche à sa fin presqu'au même moment.

    Il suffit de rappeler la réponse du chef d'État français aux attaques du président américain Donald Trump quand il lui avait fait signaler que l'Europe n'avait « pas besoin de conseils extérieurs pour lui dire ce qu'elle a à faire » pour voir qu'il se projetait déjà dans ce rôle.

    Vous voyez bien qu'à la fin de son quinquennat, il ose enfin contredire les États-Unis!

    Son rêve aussi drôle qu'ambitieux fait plutôt rire les Français:

    ​La bataille semble être encore plus difficile à gagner car pour arriver à ses fins, il faudrait qu'il soit désigné par la majorité des 28 chefs d'États et de gouvernements.

    M. Hollande peut-il compter sur un vote des 28 alors qu'il a déjà du mal dans son propre pays?

    En effet, la présidence de M. Hollande est loin d'être facile avec une série d'attentats: Nice, le carnage de Charlie Hebdo, la tuerie du Bataclan, les problèmes avec les migrants qui envahissent l'Europe et la hausse du chômage dans le pays.

    Tout cela fait que la popularité du locataire actuel de l'Élysée laisse vraiment à désirer.

    « Pendant cinq ans François Hollande n'a pas été le président de la France, mais l'exécutant de l'Union européenne et le vice-chancelier d'Angela Merkel (…) Si en plus François Hollande qui n'a que 5-6 % de popularité en France devenait le président du Conseil européen, ça serait la totale et ça montrerait bien le fiasco intégral de cette organisation qui n'est pas démocratique, et qui finalement commence à montrer son vrai visage » — déclare Damien Lempereur, candidat de Debout la France.

    Bon, imaginons un instant qu'un miracle se produise et que les chefs d'État lui accordent son soutien. M. Hollande risque tout de même d'avoir une très mauvaise surprise car le candidat français à ce poste devra être désigné par le président de la République.

    Or, si le président venait à être le candidat de la droite François Fillon, il est peu probable qu'il fasse ce beau cadeau à son prédécesseur.

    En tout cas, le président de tous les Français ne désespère pas, ayant en parallèle un autre projet, celui de la création d'une fondation consacrée à l'innovation sociale.

    Cette initiative semble pourtant relativement peu enthousiasmer les Français:

    ​​Alors que son quinquennat tire à sa fin, M. Hollande a annoncé sa décision de ne pas briguer un second mandat, sa seule décision soutenue par la majorité des Français.

    Serait-il aussi sage maintenant?

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Peu avant la fin de son mandat, Hollande ose enfin répondre aux USA
    Hollande champion du monde du pathétique
    Le bilan économique de François Hollande
    Le bilan de François Hollande, « Chef de guerre » (1/2)
    Le bilan de François Hollande, « Chef de guerre » (2/2)
    Hollande non candidat: une décision «courageuse», «logique» et «bonne»
    Hollande renonce à se porter candidat à la présidentielle 2017
    Sauver Hollande est désormais la mission d'un collectif spécial
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik