Ecoutez Radio Sputnik
    Primaire de la gauche: les électeurs aux urnes pour le premier tour

    Primaire de la gauche: les électeurs aux urnes pour le premier tour

    © AFP 2019 Bertrand Guay
    France
    URL courte
    Primaire de la gauche en France (31)
    43428

    Sept candidats à départager: le premier tour de la primaire du Parti socialiste, un scrutin à fort suspense à trois mois d'une présidentielle qui s'annonce difficile pour le vainqueur final, se tient ce dimanche.

    Les sympathisants de gauche se rendent aux urnes ce dimanche pour le premier tour de la primaire. Ils auront à choisir entre sept candidats en lice: Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Manuel Valls, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias.

    14h00 Le président du Comité national d'organisation de la primaire espère que la participation montera vers la fin de l'après-midi. "On ne pensait pas avoir dès le début de la matinée, compte tenu de la météo, une masse de gens dans les bureaux de vote", a précisé M. Borgel sur BFMTV. "Je pense que la participation va monter dans la journée".

    13h20 Selon les organisateurs, 400 000 votants ont été enregistés à la mi-journée sur 60% des bureaux. "Nous sommes à 400.000 votants, ce qui nous donnerait si on faisait une extrapolation sur la totalité aux alentours de 600 000 votants", a déclaré Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire, au siège du Parti socialiste devant la presse. Selon lui, "la participation est variée et variable selon les endroits".

    12h30 Les principaux candidats à la primaire, tout comme les organisateurs, ont espéré une bonne participation pour donner "de la force à la gauche", en allant voter dimanche matin dans leurs fiefs respectifs."Aux urnes citoyens!", a lancé le candidat écologiste François de Rugy, se réjouissant de voir "beaucoup de votants à Nantes".

    "Je suis positif quand je vois qu'il y a la queue pour voter, tout va se jouer sur la participation", a dit à Marseille l'autre écologiste du scrutin, Jean-Luc Bennahmias. 

    Les élécteurs quant à eux regardent la situation d'un oeil plutôt pessimiste et constatent que le taux de participation est inférieur à celui de la primaire de la droite. 

    ​"Pendant ce temps, à Sainte Foy Les Lyon, Gérard et Robert essayent de contenir la foule venue voter à la primaire", a écrit un internaute postant une photo d'un bureau pratiquement vide.

    12h25 L'écologiste Jean-Luc Bennahmias a voté très souriant à Marseille, tout comme François de Rugy à Nantes, tandis que la présidente du Parti radical de gauche Sylvia Pinel était attendue à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne). Tous trois sont largement distancés dans les intentions de vote.

    11h21 Manuel Valls a voté à Évry. "Il faut que les Français, les électeurs, aillent voter, là, maintenant. Les dés sont jetés", a déclaré l'ancien Premier ministre Manuel Valls, qui s'est dit "serein et confiant", après avoir voté.

    11h20 Trois candidats ont déjà voté: Vincent Peillon a déposé son vote à Paris, Arnaud Montebourg à Montret en Saône-et-Loire, Benoit Hamon s'est rendu aux urnes à Trappes."Dans les bureaux de vote il y a du monde, c'est bien", a affirmé l'un des favoris du scrutin, l'ancien ministre Arnaud Montebourg qui s'est réjoui de la participation élevée. 

    "Je souhaite qu'il y ait plus d'un million et demi" de votants, a déclaré pour sa part le candidat socialiste Vincent Peillon, qui s'est lancé dans la course il y a six semaines seulement. "C'est important, donner de la force à la gauche", a-t-il dit avant de voter dans le 5e arrondissement de Paris.

    10h00 Alors que le président François Hollande, en déplacement au Chili, ne participe pas au vote, le premier ministre Bernard Cazeneuve a déposé son bureau dans l'urne au siège du parti socialiste rue de Solférino, en début de matinée et devant les caméras.

    09h00 Les bureaux de vote ont ouvert leur portes en métropole pour le premier tour de la primaire de la gauche. Ils fermeront à 19h. Les premiers chiffres significatifs sont attendus à midi, puis à 17h: ils porteront sur la participation.

    Les organisateurs espèrent qu'une forte mobilisation des électeurs donnera au candidat choisi in fine au deuxième tour, le 29 janvier, l'élan indispensable pour déjouer les pronostics actuels et se hisser dans le duel présidentiel final du 7 mai, actuellement plutôt promis à François Fillon et Marine Le Pen, indique l'AFP.

    Des territoires d'Outre-mer en Amérique et les Français de l'étranger ont pu s'exprimer dès samedi, en tenant compte du décalage horaire.

    Cependant, sur les réseaux sociaux nombreux sont ceux qui partagent leur mécontentement concernant le déroulement du scrutin dans les territoires d'Outre-mer.

    ​Le taux de participation, selon les twittos, n'a pas été élevé dans ces régions.

    Au total, 7 530 bureaux de vote, soit moins qu'en 2011 (9 425) et moins que lors de la primaire de la droite (10 228) seront ouverts, et il en coûtera un euro pour glisser son bulletin dans l'urne. Ce matin, de nombreux bureaux sont déjà prêts à accueillir les électeurs.

    Le président du Comité national d'organisation de la primaire (CNOP), Christophe Borgel, table sur une participation « plancher » de 1,5 million d'électeurs, et espère dépasser nettement les deux millions.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Primaire de la gauche en France (31)

    Lire aussi:

    Primaire à gauche: des candidats pour une France plus forte face à Trump et Poutine
    Débat de la primaire de gauche: l’abattoir des illusions
    Benoît Hamon, leader secret de la gauche française?
    Tags:
    primaire, gauche, vote, primaire de la gauche en France (2017), Jean-Luc Bennahmias, Vincent Peillon, Benoît Hamon, Sylvia Pinel, Arnaud Montebourg, François de Rugy, Manuel Valls, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik