Ecoutez Radio Sputnik
    Primaire de la gauche en France

    «Il y a la queue!»: grosse affluence aux urnes pour la primaire de la gauche

    © Flickr/ Parti socialiste
    France
    URL courte
    Primaire de la gauche en France (31)
    383505638

    Alors qu’au premier tour, la participation a trompé les attentes des organisateurs du scrutin, ce dimanche, les sympathisants de la gauche se sont semble-t-il mobilisés pour choisir leur candidat. Or, le doute persiste sur les chiffres du scrutin…

    Hamon ou Valls? Ce dimanche, les Français sont bien déterminés à faire entendre leur voix. À la mi-journée, ils étaient beaucoup plus nombreux que la semaine dernière à se rendre aux urnes. Les organisateurs ont ainsi enregistré à midi 567 563 votants sur 73 %, contre 400 000 la semaine dernière, sur 63 % des bureaux.

    « A midi, sur 75% des bureaux de vote (…), nous avons 567 563 votants. Ce qui représente une hausse de participation par rapport à la participation enregistrée la semaine dernière à la même heure et sur le même nombre de bureaux de vote remontés, d'un peu plus de 21% », a déclaré le président du comité d'organisation de la primaire, le député PS Christophe Borgel, cité par l'AFP.

    Comme l'indique le Lab d'Europe 1, la participation des Français de l'étranger, qui votent avant ceux de métropole, a doublé par rapport au premier tour.

    Les candidats quant à eux ont voté avant midi, Benoît Hamon à Trappes, son fief électoral, et Manuel Valls à Evry.

    ​​Arnaud Montebourg, arrivé 3e au premier tour et qui a exprimé son soutien à Benoît Hamon, s'est lui aussi rendu aux urnes ce dimanche.

    Sur les réseaux sociaux, nombreux étaient ceux qui ont constaté une affluence plus forte qu'il y a une semaine. À noter que la faible participation a été alors l'objet d'ironie sur la Toile.

    ​Mais au second tour, la situation s'est semble-t-il améliorée:

    Nombreux sont pourtant ceux qui considèrent ces nouveaux chiffres de participation d'un œil sceptique.

    ​Christophe Borgel, président de la haute autorité du #PS vient d'annoncer le taux de participation à 12h. #PrimaireGauche pic.twitter.com/mQxqtSuWK4

    ​À noter d'ailleurs que le premier tour a montré que les soupçons de ce type ne sont pas sans fondement. Certains votants ont dénoncé la possibilité d'un double vote et des manipulations concernant le nombre de participants: après avoir analysé les chiffres, les médias ont constaté qu'au lendemain du scrutin le nombre de voix avait augmenté de 352 013. Une différence que les organisateurs ont expliquée par un « bug » et « rien de plus ».

    Après seulement 1,6 million de votants au premier tour (soit un million de moins qu'en 2011), les deux finalistes espèrent approcher « les deux millions de votants », soit moitié moins tout de même que pour la primaire de la droite en novembre.

    M. Valls a besoin d'un sursaut de participation pour renverser des chiffres et une dynamique qui ne lui sont pas favorables, comme en témoigne la différence d'ambiance et d'affluence dans les rassemblements de l'entre-deux tours.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Primaire de la gauche en France (31)

    Lire aussi:

    Primaire de la gauche: que cachent les candidats sous la bannière socialiste?
    Clics payés et autres magouilles: les sales dessous de la primaire à gauche
    Hamon et Valls au second tour de la primaire à gauche
    Primaire à gauche: les bureaux de vote ferment en France

    Lire aussi:

    Ce Fillon «déjà coupable» qui ferait gagner Macron et oublier les magouilles de la gauche
    Aujourd’hui l’alliance Macron-Valls, demain un tandem Hamon-Mélenchon?
    Les militaires français à l'étranger ne pourront pas voter en personne aux élections
    Tags:
    primaire, gauche, Benoît Hamon, Manuel Valls, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik