Ecoutez Radio Sputnik
    François Fillon

    Fillon se croit victime d'un «coup politique»

    © REUTERS/ Gonzalo Fuentes
    France
    URL courte
    Présidentielle 2017 en France (204)
    9346822919

    Lors du premier grand meeting de sa campagne dimanche à la Villette, à Paris, le candidat Les Républicains à la présidentielle François Fillon est revenu sur l’affaire des soupçons d’emplois fictifs concernant son épouse, Penelope Fillon, et a promis de se battre de toutes ses forces jusqu'au bout, sous les acclamations d'une salle bondée.

    Prévu depuis de longues semaines, le premier grand meeting de campagne du candidat Les Républicains à la présidentielle François Fillon s'est tenu dimanche dans une salle comble qui comptait 13 500 personnes selon les organisateurs, 15 000 selon le candidat, annonce la presse française.

    ​« Il y a des forces qui sont à l'œuvre pour me faire taire et tenter d'affaiblir ma candidature, voire tenter de m'empêcher de me présenter », a déclaré M. Fillon, s'adressant à l'assistance lors de ce meeting qui était censé lancer la campagne du vainqueur de la primaire de la droite, mais l'actualité a obligé le candidat à en adapter la tonalité, vu les soupçons d'emplois fictifs pesant sur son épouse.

    ​Depuis les révélations du « Canard enchaîné », le couple est au cœur d'un scandale, alors que M. Fillon rejette en bloc toutes les accusations et demande de laisser son épouse en dehors de ce « débat politique ».

    « Si on veut m'attaquer, qu'on m'attaque droit dans les yeux, mais qu'on laisse ma femme tranquille (…) Depuis le début, Penelope est à mes côtés, avec discrétion, avec dévouement. J'ai construit mon parcours avec elle. Nous n'avons rien à cacher, notre seul compte en banque est au Crédit agricole de Sablé-sur-Sarthe », a déclaré M. Fillon, avant de se dire victime d'une machination.

    Et d'expliquer qu'il était difficile d'imaginer un seul instant qu'il ne s'agissait pas d'une affaire montée de toutes pièces pour l'« abattre ».  Pour autant, M. Fillon n'a donné aucune preuve de ce prétendu complot.

    Après l'ouverture d'une enquête préliminaire mercredi, les premières auditions ont commencé dès jeudi, et François Fillon a demandé à être entendu rapidement. Il a indiqué que les faits évoqués remontaient à des années, que les feuilles de paie étaient enregistrées à l'Assemblée nationale, et que tout avait été déclaré au fisc.

    Grand meeting de Fillon: demonstration de force face à la mobilisation des médias? #fillongate

    Опубликовано Sputnik France 29 января 2017 г.

    « Je suis certain que la justice ne se laissera pas instrumentaliser par ces manœuvres qui puent la calomnie (…) Mais je ne me laisserai pas abattre et je vais me battre de toutes mes forces. Et jusqu'au bout », a-t-il solennellement promis.

    Selon le candidat, la campagne déchaînée contre lui avait pour objectif d'« abattre en vol une haute idée de la France ».

    « Moi, je n'ai peur de rien, j'ai le cuir solide (…) À vous, je fais le serment de donner tout ce qu'un patriote peut donner à son pays. Je vous donnerai tout : ma détermination, ma vaillance, ma volonté de vaincre (…) Ne cédez à aucune intimidation, ne lâchez aucune de vos valeurs. Soyez plus grands que ceux qui nous mitraillent ! », a-t-il lancé à ses partisans et sympathisants.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Présidentielle 2017 en France (204)

    Lire aussi:

    François Fillon, officiellement investi candidat LR à la présidentielle
    François Fillon prochain président français: quel impact sur le Brexit?
    Marine Le Pen: «la bulle favorable de Fillon va éclater»
    Tags:
    complot, enquête, scandale, Les Républicains (LR), Canard Enchaîné, Crédit Agricole, François Fillon, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik