Ecoutez Radio Sputnik
    Élections: les paris en ligne sont-ils plus fiables que les sondages?

    Élections: les bookmakers sont-ils plus fiables que les sondages ?

    © AFP 2019 VALERY HACHE
    France
    URL courte
    Par
    Présidentielle 2017 en France (205)
    721643
    S'abonner

    Selon un récent sondage, après Marine Le Pen, c’est François Fillon qui a le plus de chances de passer au second tour. Mais pour les sites de paris en ligne, c’est Emmanuel Macron qui tient la corde. À trois mois de l’élection présidentielle et alors que les sondages se trompent depuis un an, les paris sont-ils plus fiables ?

    Les Anglais parient beaucoup, parient sur tout, et notamment sur la politique. Et nos élections présidentielles les intéressent: lundi 30 janvier, ils donnaient Emmanuel Macron vainqueur au second tour, alors que les derniers sondages disponibles prédisent plutôt une victoire de François Fillon. En France, seuls les paris sportifs et hippiques sont autorisés, mais on peut parier de l'argent virtuel pour prédire les résultats d'un scrutin lors d'une élection.

    Plutôt que de fixer une tendance à un moment donné, comme le fait un sondage, le pari politique donne le résultat d'une analyse et fait fi de l'aspect partisan du parieur. Chaque candidat se voit fixer une cote, qui donne la probabilité qu'a le candidat de gagner.

    « Chaque candidat à l'élection est coté entre 0 et 100. 0 s'il perd, 100 s'il gagne. Tant qu'on ne sait pas s'il a gagné ou perdu, il vaut quelque chose entre 0 et 100 et la valeur est décidée par les parieurs qui achètent et vendent entre eux des actions de chacun des candidats », nous explique Emile Servan-Schreiber, le fondateur d'Hypermind, un site de marché prédictif.

    Tout d'abord, sondés et parieurs ne répondent pas à la même question. Dans l'enquête Kantar Sofres-OnePoint pour Le Figaro, RTL et LCI, réalisée les 26 et 27 janvier, le sondé fait part de ses intentions de vote: au premier tour, François Fillon dépasse Emmanuel Macron de 1 %. Ils sont au coude à coude avec respectivement 22 et 21 %, d'intentions de vote si François Bayrou n'est pas candidat. Et c'est Marine Le Pen qui l'emporte au premier tour avec 25 % des voix. Au second tour, elle est battue dans tous les cas, Fillon l'emporterait avec 60 %, et Macron 40 %. Selon ce sondage, François Fillon est le grand vainqueur.

    Côté pari en ligne, rien à voir. On ne s'encombre pas avec le premier tour, ce qui importe c'est le résultat final. Selon les bookmakers anglais, c'est Emmanuel Macron qui a le plus de chance de remporter le second tour, suivit par François Fillon, et enfin Marine Le Pen. Sur le site d'Hypermind, les parieurs ont également répondu à la question: « Qui sera élu président de la république française en 2017? »

    « Emmanuel Macron vainqueur de la présidentielle, ça vaut 42 sur 100. Donc on peut l'acheter à 42. Si on a raison et que Emmanuel Macron gagne, ça vaudra 100 et on aura gagné donc 58. S'il perd, on aura perdu nos 42 ».

    Il est suivi par François Fillon, 38 sur 100, et Marine Le Pen 10 sur 100. Si la candidate frontiste n'a quasiment pas bougé d'un iota depuis le début du mois, le Penelopegate a clairement « profité » au fondateur du mouvement « En marche! ».

    Ça vient de s'installer. La semaine dernière, c'est Fillon qui était favori. Depuis, on observait la dynamique Macron qui était en croissance; il a maintenant dépassé Fillon, c'est-à-dire que Macron a 42 % de chance de gagner, alors que Fillon n'a plus qu'une chance sur trois. Quant à Marine Le Pen, elle n'a pas du tout profité de "l'effet Fillon". Quant à Hamon et Mélenchon, ils arrivent à peine à 10 % de chance de gagner.

    Le parieur ne se fie pas à sa préférence, il parie parce qu'il pense « avoir raison ». Il prend en compte toute l'information disponible, c'est-à-dire les sondages, les différentes analyses qu'il peut lire, ce qu'il entend, ce dont il discute, les cotes des bookmakers et parfois même l'enthousiasme dans les meetings. Le sondage est utilisé comme une donnée parmi d'autres pour aiguiser son prognostic:

    Les sondages sont utiles quand ils ne sont pas complètement faux. On a vu plein d'exemples récents l'année dernière, où plein de sondages faux avaient tendance à induire l'option collective en erreur. Donc les sondages sont pris avec distance. Les sondages sont utiles pour faire une photographie de l'état de l'opinion, peut-être hier, et donc ce n'est pas inutile comme Data (donnée, ndlr) pour le parieur qui, lui, s'occupe de ce qui va se passer demain. Mais ça n'est qu'une source de Data et il y en a plein d'autres.

    En 2016, les enquêtes d'opinion n'ont pas eu la cote. En France, les sondages laissaient penser à un duel entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé au second tour de la primaire de la droite, c'est finalement François Fillon qui l'a emporté. Valls était, lui, favori des enquêtes d'opinion consacrées à la primaire de la gauche. Les enquêtes d'opinion s'étaient également égarées avec l'élection de Donald Trump aux États-Unis ou, auparavant, avec le Brexit au Royaume-Uni.

    Mayeul Caire, directeur du site jourdegalop.com, pense qu'effectivement les paris en ligne sont un peu plus fiables que les sondages. Si le bookmaker sert une cote trop élevée, il prend le risque de verser beaucoup d'argent aux parieurs qui ont fait ce choix:

    « On peut considérer que les bookmakers anglais se trompent moins souvent que les sondeurs, même s'il leur arrive de se tromper. Par exemple, ils n'avaient pas du tout vu venir le Brexit. La raison pour laquelle ils ont tendance à moins se tromper, c'est que les bookmakers travaillent avec leur propre argent. C'est-à-dire que s'ils se trompent dans leurs prédictions, ils sont directement impactés financièrement, ce qui n'est pas le cas des instituts de sondages qui, s'ils se trompent, vont perdre au maximum un ou deux clients.

    Mais selon lui, le pari politique ressemble davantage à un pari sportif qu'à un pari hippique. Le parieur hippique a tendance à parier sur le cheval dont il sait qu'il gagnera la course. Alors que le pari sportif, est un « pari de supporter », comme dans le pari politique. Il estime que, psychologiquement, il est difficile de parier pour la victoire d'un homme politique dont on pense qu'il gèrera mal le pays.

    Dossier:
    Présidentielle 2017 en France (205)

    Lire aussi:

    Le Pen: les médias sont fascinés par Macron, comme les jeunes filles par Bieber
    Fillon se croit victime d'un «coup politique»
    François Fillon, officiellement investi candidat LR à la présidentielle
    Présidentielle française: Le Pen ne voit aucune différence entre ses rivaux
    Tags:
    élections, sondage, Présidentielle française 2017, Emmanuel Macron, François Fillon, Marine Le Pen, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik