Ecoutez Radio Sputnik
    Le holding spatial russe Roskosmos au salon de Farnborough (photo d'archives)

    Les actifs du holding spatial russe débloqués en France

    © Sputnik . Alexei Kudenko
    France
    URL courte
    13513

    Les fonds destinés au holding spatial russe Roskosmos ont été débloqués en France dans le cadre de l'affaire Ioukos.

    Un tribunal français d'Evry a ordonné le 10 février de débloquer les fonds destinés à payer la dette d'Arianespace au holding spatial russe Roskosmos pour les lanceurs Soyouz et gelés suite à la requête d'ex-actionnaires du géant pétrolier russe Ioukos, annoncent les médias.

    Roskosmos avait promis de suspendre la livraison des lanceurs Soyouz-ST dont dépend la réalisation du programme européen de localisation par satellite Galileo, si ses deux entreprises — le centre d'exploitation des ouvrages de l'infrastructure terrestre (TsENKI) et le Groupe de recherche et de production Lavotchkine — ne recevaient pas les 260 000 euros qui leur étaient dus.

    Les fonds destinés à Roskosmos ont été bloqués en janvier 2016 sur requête de la société chypriote Veteran Petroleum, l'un des trois ex-actionnaires du géant pétrolier russe Ioukos qui cherchent à faire payer à la Russie 50 milliards de dollars (47,1 mds EUR) de compensation pour la dissolution du groupe.

    En avril 2016, Roskosmos a gagné le procès en France dans l'affaire de la saisie de ses comptes dans le cadre de l'affaire Ioukos. Il s'agissait de 700 millions de dollars (660,5 M EUR) destinés aux groupes russes. En novembre, les ex-actionnaires de Ioukos ont subi un nouveau revers: le Premier président de la cour d'appel de Paris a confirmé la levée des saisies des actifs français de la société russe Russian Satellite Communications Company (RSCC).

    En décembre dernier, la Cour suprême de Suède a rejeté la pétition des actionnaires minoritaires espagnols de Ioukos qui demandaient à la Russie de payer deux millions de dollars (1,8 M EUR) en compensation de leurs pertes.

    Les saisies avaient été effectuées conformément à la décision prise en juillet 2014 par la Cour permanente d'arbitrage de La Haye et condamnant la Russie à payer 50 milliards de dollars aux anciens actionnaires du groupe mis en faillite pendant le premier mandat présidentiel de Vladimir Poutine. Les ex-actionnaires de Ioukos ont également réussi à obtenir une décision judiciaire sur la cessation des paiements des sociétés françaises Arianespace et Eutelsat à leurs partenaires russes en France et en Belgique. Par la suite, une partie des actifs arrêtés en Belgique a été dégelée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Cour suprême de Suède: Moscou n’a pas à payer 2 M USD aux actionnaires de Ioukos
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Un séisme de magnitude 6,9 a frappé le Japon, l'évacuation de la population en cours après une alerte au tsunami
    Téhéran répond aux déclarations des USA qui menacent l’Iran d’une guerre
    Tags:
    gel d'actifs, Centre d'exploitation des ouvrages de l'infrastructure terrestre (TsENKI), Groupe Lavotchkine, Russian Satellite Communications Company (RSCC), Ioukos Universal Limited, Holding spatial russe Roscosmos, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik