Ecoutez Radio Sputnik
    Élections en France

    Annulation du vote électronique: paranoïa politique ou incompétence technique?

    © Sputnik . Irina Kalachnikova
    France
    URL courte
    15214

    L'annulation du vote électronique des Français de l'étranger aux élections législatives de 2017 a déclenché de vives protestations. Pour le député Nicolas Dhuicq, le système marchait bien, et la décision de l'annuler est incohérente.

    Les Français de l'étranger ne pourront pas voter par Internet pour les élections législatives de juin 2017. Le gouvernement a indiqué vouloir limiter le risque de cyber-attaques qui pourraient selon Jean-Marc Ayrault « affecter le déroulement du vote électronique ».

    « Ce système marchait bien parce que la population des Français de l'étranger est une population souvent jeune qui est très adaptive aux nouvelles technologies (…). Le raisonnement est assez paradoxal parce que le gouvernement actuel et sa majorité voulaient faire passer dans la loi l'envoi des documents de propagande, c'est-à-dire tout ce que les candidats en élection envoient aux électeurs lors d'une élection uniquement par voie électronique, en interdisant le papier », a déclaré M. Dhuicq dans un entretien accordé à Sputnik.

    « Je pense que nous sommes plutôt face à la paranoïa et au fantasme qui se déroulent à l'heure actuelle sur la Fédération de Russie et sur le président Poutine, qui serait accusé de vouloir tout contrôler, de vouloir parasiter les élections, et face à des hackers qui seraient censés naturellement être russes qui pourraient perturber les élections », indique le député.

    Pour sa part, Damien Bancal, spécialiste des questions liées au cybercrime et à la sécurité informatique, estime que l'annulation du vote électronique pourrait s'expliquer par des raisons techniques.

    « Selon moi, les matériels informatiques qui assurent le vote électronique français sont utilisés  depuis bien plus longtemps que 2012 », et on peut donc présumer qu'ils sont aujourd'hui  obsolètes.

    « Rien n'empêche à penser que les "érodés", ces fameuses failles informatiques, utilisées par les pirates initiés, existent. Ils sont peut-être entre les mains de deux, trois personnes, mais c'est largement suffisant pour perturber une entreprise ou un vote. Allez, il vaut mieux ne pas l'utiliser que de se retrouver avec soit des votes totalement tronqués, soit avec l'impossibilité de voter », conclut l'interlocuteur de l'agence.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Trump veut prouver qu'il y a eu des fraudes électorales lors de la présidentielle
    La majorité des Américains s’attendent à des fraudes aux élections
    Ingérence : contre qui Le Drian a-t-il tenu à mettre les Français en garde ?
    Rapport sur l’ingérence russe dans les élections, les USA fidèles à eux-mêmes
    Tags:
    vote électronique, fraude, élections législatives, piratage, Damien Bancal, Jean-Marc Ayrault, Nicolas Dhuicq, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik