Ecoutez Radio Sputnik
    Le Monde

    Hamon ou Macron, Le Monde a-t-il fait son choix?

    © AFP 2019 Francois Guillot
    France
    URL courte
    50215
    S'abonner

    Invité sur Europe 1, l'éditorialiste et ex-directeur du Point Franz-Olivier Giesbert explique sa colère contre Le Monde qui poursuit «une ligne Macron», alors que sa rédaction a plutôt un autre favori, et estime que le journal «a dépassé la ligne jaune il y a plusieurs années».

    Franz-Olivier Giesbert, éditorialiste et ex-directeur du Point, présentateur et écrivain, a participé au Club de la presse présenté par Nicolas Poincaré sur Europe 1 où il a exprimé des reproches au quotidien Le Monde. Notamment, « de falsifier très souvent la vérité, d'avoir des positions idéologiques qui frisent parfois ce qu'on peut appeler l'islamo-gauchisme ».

    Selon lui, le magazine promeut un candidat concret — fondateur du mouvement En Marche ! — cette candidature n'étant pourtant pas partagée par les autres journalistes de la rédaction :

    « Il y a une ligne Macron bien entendu, toute la direction et le propriétaire sont pour Macron, Xavier Niel a fait campagne pour Macron, il y a des photos de Macron sans arrêt en couverture. Et puis derrière toute la rédaction n'a rien à voir avec tout ça, elle est Hamon. »

    Xavier Niel, copropriétaire du groupe Le Monde et propriétaire du journal, est connu pour son soutien au candidat d'En Marche ! appréciant surtout chez lui « son côté volontariste et libéral ».

    Dans l'hexagone, il ne faut rien dire contre Le Monde, ajoute M. Giesbert, évoquant la façon dont le journal présente ses articles. Mécontent des papiers « insensés » de certains journalistes de l'édition, il affirme :

    « Le Monde a dépassé la ligne jaune il y a plusieurs années déjà. (…) Et ça continue et ça va toujours dans le même sens. »

    Auparavant, l'ex-directeur du Point avait dénoncé la haine émise par le quotidien, dans l'édition d'avril de « La revue des deux mondes ». Pour lui, Le Monde est « un journal qui suinte souvent la haine, le ressentiment, ce que Spinoza appelait "les passions tristes" ».

    Le Monde a de son côté riposté en insistant sur l'indépendance des journalistes de son service politique qui n'expliquent à personne comment il faut voter et, « imperméables à la courtisanerie », effectuent leur travail « dans une totale indépendance ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Macron talonne Le Pen dans les sondages
    Une soirée de Macron à Las Vegas éveille des soupçons de favoritisme
    Le patrimoine non-déclaré de Macron ne sera pas dévoilé en raison… de la transparence
    Tags:
    candidats, journalisme, élection présidentielle, médias, Le Monde, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik