Ecoutez Radio Sputnik
    Paris

    Revoir la relation franco-russe, le consensus des candidats à la Presidentielle

    © REUTERS/ Christophe Petit Tesson/Pool
    France
    URL courte
    Présidentielle 2017 en France (142)
    192074323

    Les relations France-Russie, l’attitude envers Poutine et le statut de la Crimée, autant de thèmes abordés par les cinq principaux candidats à l’élection présidentielle lors du débat organisé hier soir sur TF1. Les candidats français ont tenu des discours sur la Russie allant souvent à l’encontre de la ligne politique actuelle de leur pays.

    François Fillon, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron se sont affrontés hier soir dans un premier débat musclé sur TF1. Malgré leurs différences, les candidats à l'élection présidentielle ont pourtant prôné presque les mêmes idées sur le cap des relations avec la Russie.

    Selon Jean-Luc Mélenchon, la résolution de la question des frontières est primordiale afin d'assurer la sécurité en Europe. Il a notamment rappelé que la Crimée avait été offerte à l'Ukraine par Nikita Khrouchtchev et que Vladimir Poutine l'a tout simplement fait revenir à la Russie. Le candidat de La France insoumise s'est ainsi demandé pourquoi la décision de M. Khrouchtchev devrait prévaloir sur celle de M. Poutine.

    « La frontière entre la Russie et l'Ukraine est-elle à la fin de la Crimée ou avant? Qu'est-ce qu'on applique? La décision du bureau politique de Nikita Khrouchtchev ou bien est-ce qu'on accepte ce qu'a décidé Poutine? »

    Mélenchon a aussi insisté sur la nécessité d'ouvrir l'esprit pour voir plus loin que « les problèmes entre Russes et Ukrainiens » et a appelé à « négocier les frontières, pas la guerre ».

    « Ça ne sert à rien de se montrer armés jusqu'aux dents en face des Russes », a exhorté Jean-Luc Mélenchon.

    François Fillon, quant à lui, a reconnu que la question débattue des frontières « devait être posée au regard du droit international et du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes », comme cela a été d'ailleurs le cas des Criméens ayant voté pour le rattachement à la Russie. Le candidat LR a en outre reconnu que l'Europe n'était pas elle-même innocente quant à la modification des frontières de certains États.

    « Nous-mêmes, nous avons modifié des frontières, le Kosovo par exemple, parce que nous sommes des Occidentaux nous pensons que nous pouvons tout faire, envahir l'Irak, régler l'ordre dans toute une partie du monde. »

    L'ancien Premier ministre a également souligné la décision de François Hollande d'avoir laissé à la Russie « la liberté d'action » en Syrie, la politique française contre Daech ayant échoué.

    « La politique française contre l'État islamique est un échec. Nous avons laissé la liberté d'action à la Russie et à l'Iran, alors que nous aurions pu mener cette lutte avec ces nations. On ne peut pas intervenir partout. On n'est jamais intervenu autant que sous le mandat de François Hollande. »

    Pour Benoît Hamon, qui préconise le respect de la légalité internationale, la question des frontières est aussi « la plus sensible qui soit ». Cependant, en désaccord avec Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, il a jugé le rattachement de la Crimée à la Russie inacceptable.

    Pour sa part, Marine Le Pen a applaudi le « talent fou » d'Emmanuel Macron et sa capacité à tenir de longs discours « sans avoir rien dit », celui-ci accusant la responsable du Front national de « pactiser avec Poutine ».

    « Vous avez un talent fou, vous arrivez à parler sept minutes, je suis incapable de résumer votre pensée, vous n'avez rien dit, c'est le vide absolu, sidéral », a rétorqué Marine Le Pen en réponse aux accusations de l'ex-banquier d'affaires de Rothschild.

    « Je voudrais que les Français s'attachent à vérifier qu'à chaque fois que vous prenez la parole (…), on ne sait pas ce que vous voulez et honnêtement c'est très inquiétant », a lancé Marine Le Pen à Emmanuel Macron, chouchou de BFMTV, qui lui a attribué le titre de candidat le plus convaincant lors du premier débat télévisé, avec 29 %, devant Jean-Luc Mélenchon (20 %), puis François Fillon et Marine Le Pen, à égalité avec 19 %.

    L'avenir de la France va se jouer dans les mois à venir. Mais aussi différents soient-ils, les principaux candidats à l'élection présidentielle arrivent pourtant à tomber d'accord sur la nécessité de revoir la position du pays à l'égard de la Russie.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Présidentielle 2017 en France (142)

    Lire aussi:

    Quand Le Drian s’endort en plein débat Valls-Hamon (vidéo)
    Débat de la primaire de gauche: l’abattoir des illusions
    Macron divise la France, selon un sondage
    Tags:
    débats télévisés, Présidentielle française 2017, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Vladimir Poutine, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • avatar
      michel.louis.loncin
      Au cours de la BEAUCOUP TROP BREVE partie de l'émission consacrée à la politique étrangère, Jean-Luc Mélenchon s'est montré le plus ... "russophile", dénonçant sans ambages la politique française à l'égard de la Russie, l'Ukraine, les missiles étatsuniens en Pologne et les Pays Baltes bardés d'armes braquées sur la Russie et annonçant de futurs "problèmes entre la Pologne et l'Ukraine, la Hongrie et l'Ukraine et assénant un "NON .... NON ... NON à la guerre" !!! De manière inattendue, de fait, François Fillon s'est situé étonnamment en symbiose avec le leader de "l'extrême gauche" française, ne craignant pas pour sa part de fustiger les donneurs de leçon occidentaux et rappelant opportunément le précédant du Kosovo !!! Marine Le Pen, n'a quasiment pas prononcé les mots "Russie" et "Poutine" ... Etait-ce pour ne pas donner l'occasion à ses ENNEMIS de l'accuser de collusion avec le Kremlin ... ?

      Comme de bien entendu, Hamon et Macron ont, pour leur part, fait assaut d'HYSTERO-RUSSOPHOBIE ... Dame ... c'est que, en tant que sbires de Hollande, il leur est difficile de renier l'héritage si ... "positif" (dixit Hollande) de ces CINQ désastreuses années !!! Et, bien évidemment, la Russie s'est vue accusée d'être la complice du "méchant" Bachar (Mélenchon et Marine Le Pen ont pu leur rappeler que la France avait soutenu des alliés qui s'étaient révélés être des terroristes) !!!

      DOMMAGE que Mélenchon, le plus passionnément opposé au "politiquement correct" merdiatique, n'ait pas fustigé Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray et leur sempiternelle "annexion de la Crimée" !!! C'est qu'il serait plus que temps qu'on renvoie à la figure des journaleux, imbus d'occidentalisme à géométrie variable, la FAUSSETE fondamentale de cette accusation : NON, la Russie n'a pas "annexé" la Crimée ; elle a accueilli un peuple ayant proclamé sa Volonté de revenir à la mère-patrie russe !!! A cet égard, François Fillon, exaltant le "Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes", aurait pu rappeler aux deux présentateurs de TF1 que, ne leur en déplaisait, ce Droit s'appliquait AUSSI au cas de la Crimée ... Mais, quand on est pris dans un Débat, on ne pense pas toujours à tout ...
    • avatar
      Norbert
      macron qui affirme à MLP qu'elle "pactise" avec la Russie. Intéressant le terme employé par ce fumiste. On voit tout de suite qu'il n'envisage aucune collaboration avec les Russes. Il préfère de loin les magouilles avec les lobbies et les médias.
      D'ailleurs, son principal soutien médiatique, bfm tv, doit être bien récompensée...Un média qui se voulait pourtant objectif est désormais soumis à un ou plusieurs politicards: manger à toutes les gamelles n'effraie pas ces véreux de journaleux, pourvu que cela rapporte!
      Finalement pour revenir à la collaboration avec la Russie, MLP en dit peu mais elle est claire et elle a déjà agi dans le sens des échanges avec cette grande puissance. Ce qui lui est souvent reproché par les politicards hypocrites.
    • ricardo
      Tiens tiens ! On inviterait la Russie aux élections présidentielles Françaises ? Vous êtes prévenus ! Ce n'est pas la faute à Poutine !
    • normandieniemen
      le probleme pour ces bonimenteurs ,c'est que TRUMP qui n'a toujours pas reconnu la crimée a joué ce numero avant eux . aucun de ses candidats ne réclame la sortie de l'UE
      l'UE c'est les USA , par consequent pas de politique etrangere independante tant que la france sera membre de l'UE
    • avatar
      grandloup74
      On se moque totalement de ce que les guignols politicards français pensent du choix de Criméens ! Ce qui compte est le seul avis du peuple de Crimée qui s'est exprimé ! Que les prétendants au trône de France s'occupent de la réelle indépendance et souveraineté de notre pays afin que ce soit nous, peuple français qui décidions de nos intérêts et non une ou deux puissances étrangères nuisibles qui décident pour nous, ce qui est bien pire que la fausse occupation de la Crimée !!! Parler de la Crimée, évite de parler de notre propre occupation par washington/tel aviv ....
    Afficher les nouveaux commentaires (0)