France
URL courte
Présidentielle 2017 en France (205)
19251
S'abonner

Peu après la déclaration de François Fillon sur la possibilité d’avoir été placé sur écoute, la chef du Front national Marine Le Pen a évoqué ce sujet sensible: elle affirme croire aux écoutes du pouvoir et l’a appelé à cesser ces pratiques.

Ce lundi, Marine Le Pen, chef du Front national et candidate à l'élection présidentielle, a indiqué sur Europe 1 qu'elle croyait aux écoutes du pouvoir. Ses propos interviennent peu après la déclaration de François Fillon, candidat de la droite et du centre, qui aurait pu être placé sur écoute.

Signalant d'abord qu'elle se moquait de la crainte d'être écoutée, Marine Le Pen a déclaré que les autorités françaises avaient eu recours à de telles pratiques.

« Je ne suis pas naïve, je sais que depuis de très nombreuses décennies, le pouvoir utilise ce genre de méthodes. Il faut qu'il cesse de le faire. Il y avait des écoutes au moment de (François, ndlr) Mitterrand et je pense que depuis ça n'a jamais véritablement cessé », a-t-elle indiqué.

Selon la chef du Front national, il s'agit de violations quotidiennes du secret de l'enquête et de l'instruction.

« C'est grave. L'État de droit fonctionne si existe ce secret de l'instruction et ceux qui commettent ces violations bénéficient d'une impunité totale, il n'y a pas loin à dire qu'ils pourraient bénéficier de fait d'une forme de protection politique », a signalé Marine Le Pen.

Jeudi dernier, dans son discours sur les ondes de la chaîne publique France 2, François Fillon avait accusé le Président français François Hollande d'être impliqué dans les fuites sur ses affaires et de chercher à l'éliminer en tant que candidat. Il a en outre dénoncé l'existence d'un « cabinet noir » à l'Élysée.

Se basant sur le livre écrit par les journalistes Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé, Bienvenu Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d'un quinquennat (édition Robert Laffont, 2017), François Fillon a dénoncé un « scandale d'État ». Selon Le Figaro, lors d'un déplacement dans les Pyrénées-Atlantiques, le candidat avait évoqué, devant les journalistes, la possibilité qu'il ait été placé sur écoute.

Invoquant l'article 40 du code de procédure pénale, les représentants du parti Les Républicains ont décidé d'adresser une lettre à Eliane Houlette, patronne du Parquet national financier, et à François Molins, procureur de Paris, afin de saisir le Parquet national financier dans l'affaire de l'existence présumée d'un « cabinet noir » à l'Élysée. Les signataires de la lettre, publiée par Le Figaro, sont d'importants fonctionnaires.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Présidentielle 2017 en France (205)

Lire aussi:

François Fillon n’exclut pas d’avoir été placé sur écoute
«Cabinet noir»: les accusations ont-elles vraiment été démenties?
François Fillon pointe du doigt François Hollande dans les affaires qui le touchent
Un sondage place Le Pen devant Macron et Fillon au premier tour
Tags:
enquête, élection présidentielle, Front national (FN), François Fillon, Marine Le Pen, François Hollande, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook