France
URL courte
Présidentielle 2017 en France (205)
391315
S'abonner

«Je ne pense pas qu’une stratégie de dépassement de cette crise du capitalisme financier soit possible en restant dans les contraintes actuelles de l’Union européenne», a déclaré à Sputnik le souverainiste Jérôme Maucourant, qui a décidé d’apporter son soutien à Jean-Luc Mélenchon en cas de second tour entre celui-ci et M.Macron.

Rester dans l'Union européenne ou suivre l'exemple du Brexit? Abandonner l'euro ou travailler ensemble pour le renforcer? Ces questions sont abondement abordées lors de la campagne présidentielle et Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, semble séduire les électeurs souverainistes en raison de sa position.

L'économiste Jérôme Maucourant, qui a signé une tribune intitulée « Souverainiste, je voterai Mélenchon », s'est prononcé en faveur de Jean-Luc Mélenchon dans le cas d'un second tour entre celui-ci et le leader d'En Marche. S'il estime que Jean-Luc Mélenchon est « ambigu » sur les questions du communautarisme et de la laïcité, il juge néanmoins qu'il « représente une sorte de vote utile souverainiste ».

Dans une interview accordée à Sputnik, l'économiste commente sa position sur l'euro:

« Je ne pense pas que l'Europe soit la cause absolue et définitive de nos maux, mais je ne pense pas qu'une stratégie de dépassement de cette crise du capitalisme financier soit possible en restant dans les contraintes actuelles de l'Union européenne », a-t-il déclaré.

L'économiste a aussi jugé possible que des électeurs de Nicolas Dupont-Aignan ou de François Asselineau puissent se retourner vers Jean-Luc Mélenchon. Il n'exclut pas qu'il existe des gens « dits de droite qui prennent au sérieux la question de la souveraineté nationale ».

« La notion de souveraineté est monopolisée par la droite, c'est presque étonnant. À l'origine, la conception de gauche, c'est quand même celle de la souveraineté nationale. On n'a jamais, dans le mouvement socialiste, dissocié l'amour de la justice sociale de l'amour de la patrie. À l'inverse, je ne crois pas beaucoup aux souverainistes de droite, qui en réalité mettent toujours l'amour du portefeuille au-dessus de l'amour de la patrie », a-t-il souligné.

Figure forte de la campagne de Benoît Hamon, l'économiste Thomas Piketty s'est lui aussi déclaré prêt à voter pour Jean-Luc Mélenchon en cas de second tour entre le dirigeant de la France insoumise et le leader d'En Marche. Il a toutefois précisé qu'il s'agissait d'un « soutien vigilant », le candidat de la France insoumise devant selon lui développer plus son « plan A » de renégociation des traités européens avant d'envisager un « plan B » de sortie de l'euro et de l'Union.

Dans un commentaire, M. Maucourant a salué la décision de son collègue de soutenir Jean-Luc Mélenchon, évoquant aussi le retrait de la zone euro.

« Je sais qu'il (Piketty) est farouchement opposé au maintien de l'euro tel qu'il existe, or on ne doit pas exclure que si Jean-Luc Mélenchon devenait président de la République, une dynamique serait enclenchée, qui pourrait aboutir à l'éclatement de la zone euro: soit avec le retour des souverainetés monétaires nationales, soit avec l'émergence de deux ou trois blocs monétaires ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Dossier:
Présidentielle 2017 en France (205)

Lire aussi:

Fiscal Kombat, le jeu où Mélenchon secoue Macron (VIDEO)
Mélenchon grille la priorité à Fillon
Mélenchon a-t-il décroché un ticket pour le second tour?
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Tags:
souverainiste, élection présidentielle, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook