Ecoutez Radio Sputnik
    L’attentat à Paris

    L’attentat à Paris, influencerait-il finalement la présidentielle?

    © Sputnik. Irina Kolashnikova
    France
    URL courte
    Fusillade sur les Champs-Élysées à Paris (14)
    131259111

    Les évènements comme les attentats ne peuvent influencer la course présidentielle que dans le seul cas où l’un des candidats les instrumentalise contre un autre dans sa campagne. C’est ce qu’a déclaré à Sputnik le chercheur en sciences politiques associé à Sophiapol (Paris-X) et philosophe politique français, Marc Crapez.

    Après l'attaque contre la police française survenue sur les Champs-Élysées, nombreux sont ceux qui pensent que cet évènement changera le résultat de l'élection présidentielle. Certains candidats ayant présenté dans leurs programmes des solutions pour combattre le terrorisme sur le sol français alors que d'autres ne l'ayant pas assez souligné. Dans une interview accordée à Sputnik, l'universitaire Marc Crapez réfute pourtant cette supposition.

    « Je suis réticent au postulat même que cet attentat pourrait influer sur l'élection présidentielle. On est prêt toujours aux grands événements, et les pouvoirs n'ont jamais faussé une élection, or, ce n'est pas historiquement prouvé. Il n'y a pas d'éléments permettant de dire que ça pourrait être le cas. La seule exception, c'est le scrutin de juin 1968, très peu de temps après les événements de mai 1968, que Charles de Gaulle avait qualifié d'"élection de la trouille" et où la gauche a été laminée », a déclaré le chercheur.

    L'interlocuteur de Sputnik a cité comme autre exemple les attentats à Madrid en 2004, où le chef du gouvernement de l'époque José Maria Aznar n'avait pas infirmé l'hypothèse que c'était l'ETA qui était derrière ces attaques, alors que c'était des islamistes. Cela, selon Marc Crapez, avait un véritable impact sur sa campagne.

    « Il a été sans doute battu à cause de ça. C'est plutôt dans ce sens-là qu'un tel événement peut jouer: quand un candidat essaie de l'instrumentaliser et qu'il se retourne contre lui par effet boomerang », a expliqué le docteur en droit.

    D'après M. Crapez, ce sont plutôt les sondages qui influencent le plus les esprits.

    « Les sondages sont très présents. Ils provoquent une sorte de réfraction de l'opinion, c'est-à-dire que les gens sont sous le regard de ce qu'on peut appeler le "spectateur impartial": une opinion publique sur l'opinion publique. Ainsi, les gens auraient des scrupules à être suspectés de voter pour des motifs réactifs, donc ils veulent voter pour des motifs qu'ils jugent rationnels », a-t-il conclu.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Fusillade sur les Champs-Élysées à Paris (14)

    Lire aussi:

    Fillon appelle à suspendre la campagne électorale à la suite de la fusillade à Paris
    Hollande sur la fusillade à Paris: la piste est «d'ordre terroriste»
    L'Intérieur dément l'info sur une autre fusillade au centre de Paris
    Tags:
    candidats, programme, élection présidentielle, attentat, sécurité, Présidentielle française 2017, Marc Crapez, François Fillon, Marine Le Pen, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik