Ecoutez Radio Sputnik
    Benoît Hamon

    Défaite du PS : faut-il sonner l’hallali ?

    © REUTERS / Vincent Kessler
    France
    URL courte
    Maxime Perrotin
    Premier tour de la présidentielle française (87)
    37126

    Dimanche soir, le cœur n’y était pas pour les militants et sympathisants présents à la Maison de la Mutualité à Paris. Avec à peine plus de 6 % des suffrages exprimés, le Parti socialiste est arrivé loin derrière les 4 favoris, notamment victime d’un double vote « utile » des électeurs de gauche. Peut-on pour autant parler de la fin du PS?

    La barre des 10 % était visiblement trop haute pour Benoît Hamon. Bien qu'ils se soient préparés à une défaite, lorsque le couperet tombe à 20h, le choc de ces 6,3 % de suffrages exprimés est difficile à encaisser pour certains militants, qui espéraient encore une surprise de dernière minute ou à un « sursaut », comme Emilien membre du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) « Pourquoi pas des électeurs de Mélenchon, une fois dans l'isoloir, faisaient un choix plus raisonnable. »

    D'autres, tout aussi jeunes, tombent des nues « on s'attendait vraiment à un bon score, voire à passer au second tour » lâche un jeune militant, qui accuse le coup. « C'est beaucoup de choses qui s'accumulent, le fait que Benoît Hamon ne passe pas au second tour, le fait que Marine le Pen passe au second tour et aussi le fait qu'Emmanuel Macron passe au second tour, alors que ça fait un an qu'il s'est engagé en politique, cela montre vraiment la victoire de la technocratie en France, » ajoute-t-il.

    « Les sondages ont beaucoup joué, pour être honnête, on l'a remarqué dans nos actions de terrain » relate Mona, une autre militante. Elle évoque le « vote utile » en faveur de Mélenchon, que des sympathisants de gauche rencontrés opposaient au « bon projet » du candidat socialiste, alors que sa côte de popularité dans les sondages ne cessait de dégringoler.

    Pour d'autres militants cependant, le résultat, même d'une telle ampleur, était attendu. « Le vote "utile", qui a souvent bénéficié au PS, en l'occurrence a joué en sa défaveur. Beaucoup d'électeurs de gauche se sont reportés sur Mélenchon » se résigne André Urban, militant socialiste, membre de l'équipe de programme de François Hollande, qui dans une tribune publiée dans Le Monde du 20 avril, appelait à voter Benoît Hamon. Il faut dire que plus qu'une sanction, le score reflète l'état d'une famille socialiste en lambeaux, dont les scores électoraux se sont désagrégés au fil des scrutins.

    Un impact des études d'opinion que souligne également Jérôme Lambert, député PS de la 3e circonscription de la Charente, pour qui les sondages — comme toute information — est susceptible d'influencer l'opinion, confortant ou affaiblissant un candidat,

    « Vous savez, si les sondages ne servaient à rien, cela se saurait et personne n'en commanderait. Or si les sondages sont commandés, et s'ils sont diffusés par d'important médias en particulier, c'est bien que chacun escompte qu'ils servent à quelque chose. »

    Une issue du scrutin à laquelle était également préparé le candidat, lorsqu'il entame son discours, peu après l'annonce des résultats préliminaires par ces mots « J'ai échoué a déjouer le désastre qui s'annonçait depuis plusieurs mois et peut être depuis plusieurs années. » Tenant, sans se « défausser sur les circonstances du quinquennat ni les trahisons, » à en assumer l'entière responsabilité, les mots qu'il choisit sont également durs pour ses militants, dont les clameurs d'encouragement cessent quand il confesse aux français que « cet échec est une profonde meurtrissure, je mesure la sanction historique légitime que vous avez exprimée envers le Parti socialiste. »

    Dans la foulée, Benoît Hamon appellera — sans surprise — à voter contre Marine Le Pen, à la satisfaction de ses militants, comme pour Ségolène, qui ira voter Macron par choix personnel « malgré le fait qu'on ait des consignes de vote, le choix nous revient ». Un choix motivé par la « défense de la démocratie »: « Je préfère mille fois voter Macron que prendre le risque de voir Marine Le Pen au pouvoir » assène-t-elle. Idem pour André Urban, qui ira voter Emmanuel Macron « sans aucune hésitation ». Même s'il a conscience que le programme social du candidat d'En Marche n'est pas en adéquation avec les valeurs défendues par le PS, ils se consolent en se disant que « sur certaines valeurs, je me sens proche de lui, par exemple en matière de droits humains, de droits de l'homme, une chose qui nous oppose actuellement à la Russie de Poutine, mais pour laquelle je sais que je peux compter sur Emmanuel Macron. »

    D'ailleurs, la déception laisse place à un certain soulagement chez ces militants: l'absence d'un second tour Fillon — Le Pen. « Dans un premier temps ma réaction en voyant le second tour Macron — Le Pen a été — non pas de la satisfaction — mais un petit soulagement de voir qu'il n'y avait pas un choix Fillon — Le Pen à faire », explique André Urban, qui revient sur une victoire de Macron, qu'il présente comme « un moindre mal » et même « positive dans un certain nombre de domaines. »

    S'assurer de l'élimination de François Fillon dès le premier tour, c'est à en croire Jérôme Lambert le deuxième effet pervers des sondages sur Benoît Hamon. Pour Jérôme Lambert, non seulement les derniers sondages présentant un Jean-Luc Mélenchon potentiellement au second tour a convaincu les électeurs de gauche de tenter un vote utile, mais la remontée de François Fillon en a poussé d'autres à se reporter sur Emmanuel Macron. Un constat que dresse également son homologue des Hauts-de-Seine, Alexis Bachelay.

    Reste à savoir ce que l'avenir réserve pour le PS après une telle débâcle, le Point rappelait ce lundi matin les 5,01% obtenus aux présidentielles de 1969 par de Gaston Defferre, candidat de la SFIO, dissoute la même année. Nombre d'observateurs prédisent la fin, « l'éclatement » d'un parti tiraillé entre « la France insoumise » et « En Marche! ». Mais n'est-ce pas aller un peu vite en besogne? Côté PS, on semble serrer les rangs et prendre son mal en patience. Pas plus tard que vendredi 21 avril, Jean-Christophe Cambadélis déclarait sur LCI que son parti avait « encore de bons jours devant lui. »

    Moins de dix jours avant le premier tour, le Parisien relevait que la rue de Solférino avait prévu d'aligner des candidats écologistes dans les circonscriptions où EM présentait soit un poids lourd soit un transfuge du PS. Un rapprochement immédiatement qualifié « d'intox » par le premier secrétaire du PS. Quelques semaines plus tôt, c'est le Canard Enchainé qui ébruitait l'intention de dirigeants des deux forces politiques de créer une entente électorale pour les législatives, « raison principale pour laquelle Emmanuel Macron a reporté le choix de ses candidats après le premier tour de l'élection présidentielle, » relatait le palmipède.

    « Il est question d'avoir des candidats partout et nous n'aurons pas d'accord avec le mouvement d'Emmanuel Macron avant le premier tour des législatives. » précise Alexis Bachelay, non sans concéder: « j'ai envie de dire, comme nous avons pas mal de sortants c'est plutôt "En Marche!" qui va présenter des candidats contre nous que l'inverse. »

    Pour lui, il n'est pour l'heure pas question de faire alliance avec le mouvement d'Emmanuel Macron, du moins pas avant le deuxième tour. Le député espère ainsi une « forte mobilisation » de l'électorat de gauche sur les candidats socialistes afin « d'ancrer le quinquennat vers la gauche plutôt que vers d'autres horizons. »

    Jérôme Lambert semble plus confiant concernant les législatives. Il évoque l'expérience des députés PS présents sur le terrain.

    « Je pense que l'électorat va vouloir en partie, et je le souhaite, rechercher dans ces élections législatives à renforcer le rôle du Parlement — d'une certaine manière — en votant pour des candidats et des députés qui seront assez solides. »

    Une expérience de terrain qui pourrait faire la différence face aux têtes de listes proposées aux électeurs par les équipes d'En Marche! « On va être amené à faire confiance à des équipes que l'on ne connaît pas, ou qui sont des équipes sorties de vieux placards qui n'ont pas forcément fait non plus leurs preuves au moment où ils étaient aux affaires. »

    En somme, malgré un cuisant revers électoral, ne pourrait-on pas s'attendre à une recomposition du PS plutôt qu'à son implosion? Dimanche soir, plus que dans d'autres circonstances, ce sont les électeurs restés jusqu'au bout fidèles à leurs idées qui ont essuyé une défaite électorale. Cependant, au gé d'alliances — de circonstance ou non —, de déceptions et de « votes utiles » à venir, la traversée du désert pour les actuels militants et sympathisants — d'un parti si coutumier du fait politique — pourrait s'avérer étonnamment courte.

    Dossier:
    Premier tour de la présidentielle française (87)

    Lire aussi:

    Présidentielle 2017 en France
    Résultats définitifs du premier tour: Macron en tête devant Le Pen
    Les Français de Moscou votent Fillon
    Un second tour «peuple» contre «élites», pour le maire FN d’Hénin-Beaumont
    Tags:
    sondage, Présidentielle française 2017, Parti socialiste français (PS), Benoît Hamon, Alexis Bachelay, Jérôme Lambert, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik