Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    Macron blackliste des médias, parfait! Le Pen fait pareil, ô mon dieu!

    © AFP 2017 Charly Triballeau
    France
    URL courte
    473847549

    32 médias protestent contre la décision du FN de «choisir les médias autorisés à suivre Marine Le Pen» lors de l’élection présidentielle. Mais où donc étaient ces journalistes réclamant de pouvoir assurer leur devoir d’informer quand les représentants de l’équipe de campagne de Macron ont refusé d’accréditer Sputnik et RT?

    L'appel a été lancé par les sociétés de journalistes de 32 médias, très remontés contre Marine Le Pen. Elle est en effet accusée d'entraver la liberté des médias « de faire leur métier », à cause de la décision du Front national de choisir les médias qui « sont autorisés à suivre Marine Le Pen ».

    « Il n'appartient pas à une formation politique de décider des médias habilités à exercer leur rôle démocratique dans notre société », reprochent-ils dans leur pétition.

    Pourtant, la même conduite caractérise l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron qui choisit aussi « ses » journalistes. Mais à la différence de Marine Le Pen, Emmanuel Macron a refusé d'accréditer Sputnik et RT afin qu'ils soient admis à son quartier général à l'approche de la fin du vote au premier tour de l'élection présidentielle. Et point curieux, aucun des médias indignés par la décision de Mme Le Pen n'a déploré le refus de M. Macron.

    Jeudi, lors d'un briefing régulier, Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a qualifié le refus du QG d'Emmanuel Macron d'accréditer les journalistes de Sputnik et de RT de « discrimination ciblée » envers les médias russes.

    « Tenant compte du fait qu'on n'a pas fait obstacle à d'autres médias étrangers, nous considérons que cette interdiction est une discrimination ciblée et manifeste des médias russes de la part du candidat à la présidentielle qui historiquement, se considère comme le garant de la liberté de l'expression », a déclaré Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

    Et d'ajouter: « Nous appelons les organisations internationales spécialisées et les organes compétents de la République française à accorder une attention particulière à la violation des droits des médias au cours de la présidentielle française et à prendre des mesures afin de prévenir de telles violations lors du deuxième tour de l'élection en mai. »

    Et après cela, ils continuent d'accuser Marine Le Pen d'entraver la liberté des médias de remplir leur devoir d'informer? Un exemple de plus du « deux poids, deux mesures ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Liberté de la presse: le QG de Macron refuse d’en parler, Simonian commente leur geste

    Lire aussi:

    Moscou qualifie de «révoltant» le refus du QG de Macron d'accréditer Sputnik et RT
    Le QG de Macron explique son refus d'accréditer Sputnik et RT
    Simonian: même Reuters indique que Macron n’a pas d’exemple de fake news de Sputnik et RT
    Le traitement inégal des médias sans influence sur le score de Marine Le Pen
    Le Drian reste muet au sujet de la discrimination des médias russes en France
    Tags:
    accréditation, médias, chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik