Ecoutez Radio Sputnik
    Le Pen

    Militants FN, la défaite avec le sourire

    © AFP 2017 Bertrand Guay
    France
    URL courte
    Maxime Perrotin
    45944118

    66,1 % pour Emmanuel Macron, 33,9 % pour Marine Le Pen. Malgré un score sans appel, militants et sympathisants frontistes, réunis au bois de Vincennes pour la soirée électorale, se sont montrés optimistes quant à l’évolution et l’avenir de leur parti. Témoignages.

    Peu avant 20 h, alors qu'apparaissent sur les écrans l'esplanade du Louvre et la foule en liesse, à l'orée du bois de Vincennes, les sympathisants et militants du Front national se sont rassemblés entre les caméras et l'estrade où doit venir s'exprimer Marine Le Pen, afin d'entonner la Marseillaise.
    Quelques instants plus tard, le couperet tombe.

    Malgré les discours alarmistes des médias et de nombreux observateurs — qui ont parfois ouvertement renié leur code déontologique — l'issue du match était attendue de tous, à commencer par les frontistes. Emmanuel Macron l'emporte confortablement sur Marine Le Pen, l'épilogue d'une campagne marquée par les surprises est finalement tout sauf une surprise.

    « C'est un résultat que j'attendais », confie Gilles, un militant fraîchement rallié au Front national. Isabelle, qui milite depuis plus de deux ans, est un peu plus amère. Si elle ne s'attendait pas non plus à voir Marine Le Pen l'emporter ce soir, elle espérait néanmoins un meilleur score: « j'attendais 5 % de plus », mais elle relativise toutefois, disant être « quand même heureuse que le camp patriote fasse 35 % en France. Je pense que c'est déjà une victoire. »

    Même réaction pour Oscar, qui confiait avant le résultat qu'il espérait, quel que soit le vainqueur, que celui-ci « remette la France debout » et « ressoude les liens », afin qu'il « n'y ait pas de haine entre les gens ». Réaction positive également de Camille, un jeune militant qui se dit « ni déçu, ni heureux », mais « optimiste ». « Les Français commencent à se rendre compte que le Front national n'est pas le parti qu'on essaie de montrer », déclare-t-il.

    C'est une défaite au parfum de succès pour Claudia, une autre militante: « elle est au-delà de 30 %, pour un parti qui a été de longue date diabolisé dans la vie politique française, c'est bien sûr une très belle performance », déclare-t-elle. Un sentiment que partagent les cadres du parti, à l'image de Wallerand de Saint-Just, le trésorier du Front national, qui évoquait à notre micro son sentiment « du devoir accompli », d'« un succès ».

    Car si Marine Le Pen a perdu face à Emmanuel Macron au second tour, le résultat est là: malgré une forte abstention, près de 10,6 million d'électeurs ont accordé leurs suffrages à la candidate « bleu Marine ». C'est presque deux fois plus que le score de son père en 2002 face à Jacques Chirac et dont l'accession surprise au second tour avait provoqué une mobilisation sans précédent… ni suite au vu des nombreuses fissures dans le front républicain version 2017.

    En face, malgré la présence d'un Le Pen, Emmanuel Macron avec près de 21 millions de voix, ne rassemble pas significativement plus de bulletins que Nicolas Sarkozy en 2007 (19 millions) ou que François Hollande en 2012 (18 millions).

    Ainsi, malgré la défaite, l'ambiance n'est pas à l'abattement au Chalet du lac, privatisé par Marine Le Pen comme bien d'autres candidats avant elle durant cette campagne. Si la bataille des présidentielles est perdue, la guerre est loin d'être finie, les regards se tournant vers les législatives:

    « On n'abandonnera jamais le combat, on est l'opposition, la seule opposition crédible, puisque tous les autres partis se sont soumis à Macron » martèle Manon Bouquin, Secrétaire générale du Collectif Marianne, avant de préciser « on aura un rôle de témoin contre toutes les dérives ultralibérales, fédéralistes et communautaristes que monsieur Macron tentera de faire passer en France. »

    Un rôle d'opposition dans laquelle elle inclut Debout la France, dont le ralliement de son président, Nicolas Dupont Aignan, est unanimement salué par les sympathisants, militants et les cadres frontistes.

    « Cela fait maintenant des dizaines d'années que ma famille politique ne peut pas travailler avec les gaullistes, pour un certain nombre de raisons historiques, et là c'est fini. Il a brisé un tabou, un empêchement » déclare Wallerand de Saint-Just.

    Gaëtan Dussausaye, responsable du Front national de la Jeunesse (FNJ) évoque quant à lui la « véritable métamorphose » que le FN doit à présent mettre en œuvre, notamment afin d'accueillir pleinement en son sein ses nouveaux électeurs: « Le clivage gauche-droite est désormais dépassé, il appartient au passé, tandis que le clivage patriotes contre mondialistes est en train de se mettre en œuvre. »

    Interrogés sur ce qu'ils estimaient être les causes de l'échec de Marine au pied du podium, les militants pointent du doigt les médias. Cependant, ce rôle semble plus ambivalent qu'à l'accoutumée. En effet, leur opposition farouche au Front national renforce l'impact du score de leur candidate, même si pour certains, du chemin reste à faire. C'est le cas d'Isabelle, qui décrit un plafond de verre toujours bel et bien présent.

    « La dédiabolisation n'est pas terminée, c'est évident, il faut encore faire un travail de pédagogie sur l'ensemble des Français qui peuvent penser les poncifs habituels: "racistes" "fascistes" "xénophobes", mais ces barrières mentales sont en train de tomber. »

    D'autres, comme Gilles, se montrent plus réservés quant à la ligne tenue par le Front national en termes de communication durant la campagne. Pour lui, la communication aurait dû être beaucoup plus éducative:

    « La campagne aurait dû être beaucoup plus positive, toute la communication du Front national sur les réseaux sociaux était contre: contre monsieur Fillon, contre monsieur Macron, mais il n'y avait jamais vraiment de discours positif pour développer les thématiques du parti. »

    Autre point, le fameux débat d'entre deux tours! Si militants et cadres sont unanimement derrière Marine Le Pen, on peut sentir au gré des discussions que le débat qui a opposé les deux finalistes reste en travers de la gorge de certains sympathisants. « Je pense que le débat nous a fait perdre 6-7 points » déclare Adrien, un sympathisant pour qui le Front aurait « pu faire mieux », avançant le chiffre de 40 %. Il souligne que « c'est la première fois qu'on a vraiment un débat qui change la donne » en termes électoraux, fustigeant un débat « de premier tour ».

    « C'est la première année qu'il y avait autant d'indécis et que les deux candidats au second tour étaient un peu inédits », souligne l'un de ses amis. Selon ce dernier, « facilement 4 points » auraient été perdus à la suite du débat. Gilles, celui-là même qui déclarait s'attendre au résultat du vote, développe: « c'est le résultat du mauvais débat de mercredi, on a vu dans les sondages que Marine s'était effondrée. Donc c'est un résultat que j'attendais. » D'autres relativisent, comme Claudia, « C'était une tentative comme une autre de déstabiliser monsieur Macron, qui a montré un visage assez hautain, assez agressif. »

    Au Front national, on fait donc contre mauvaise fortune bon cœur et l'on se console de la défaite avec la progression en nombre de voix. Reste que la crise du politique touche aussi le Front national, un parti qui doit maintenant aborder l'élection la plus difficile pour lui — les législatives au scrutin majoritaire — sur fond d'annonces de recomposition et de crise de confiance larvée dans la direction du parti.

    Lire aussi:

    Un second tour «peuple» contre «élites», pour le maire FN d’Hénin-Beaumont
    Des élus Les Républicains lancent un site anti-FN
    Marine Le Pen plagie Fillon? Plutôt un «clin d’œil», selon le FN
    Vers un exode massif des Juifs de France en cas de victoire du FN?
    Tags:
    élections, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik