France
URL courte
44723
S'abonner

Qui trop embrasse, mal étreint : ce proverbe illustre parfaitement la situation de l’ex-Premier ministre Manuel Valls, qui s’est vu refusé «à ce jour» par En Marche!, dont il avait appuyé le candidat, et qui sera sans doute viré du Parti socialiste, dont il est membre depuis 1980. Des déboires politiques qui ont bien inspiré des internautes…

Après avoir annoncé mardi son intention de briguer l'investiture d'En Marche! pour les législatives, l'ex-Premier ministre français Manuel Valls a été frappé par trois coups puissants. D'abord, le Parti socialiste, dont il est membre depuis 1980, a lancé une « procédure » contre lui, vraisemblablement en vue de son expulsion.

Puis, le camp Macron a semblé visiblement peu emballé à l'idée d'accueillir le socialiste. M. Valls ne remplit pas « à ce jour » les conditions d'une investiture pour les législatives, a affirmé mercredi le président de la commission d'investiture de La République en marche.

Mais qui a lancé le troisième coup contre l'ex-ministre? Ce sont, bien sûr, les internautes jubilants, avec le hashtag #VallsEnMarcheVersPoleEmploi, qui ont mis en feu la twittosphère mercredi.

Une vague de tweets hilarants a envahi aujourd'hui la Toile pour moquer l'ex-Premier ministre.

Rappelons qu'en pleine campagne présidentielle l'ex-Premier ministre socialiste a annoncé qu'il voterait pour le centriste Emmanuel Macron, tournant ainsi le dos à son propre camp. Pour expliquer sa décision, il avait alors souligné « l'échec de la stratégie » de Benoît Hamon et « un risque de victoire du Front national ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Manuel Valls accusé d’avoir dépensé des milliers d’euros pour des sondages sur lui
Le soutien de Valls à Macron n’est qu’un «abus de confiance» pour cette militante PS
Aujourd’hui l’alliance Macron-Valls, demain un tandem Hamon-Mélenchon?
Attaque au couteau à Notre-Dame de Nice, trois morts dont un aurait été décapité
Tags:
En Marche (mouvement politique français), Parti socialiste français (PS), Emmanuel Macron, Manuel Valls, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook