Ecoutez Radio Sputnik
    Paris

    GM & S: pour En Marche, «l’Etat n’a pas à intervenir» dans la vie des entreprises

    © AFP 2017 PATRICK KOVARIK
    France
    URL courte
    19108898

    «Il faut savoir, quand vous parlez des machines détruites, que ça fait des mois que les salariés se battent pour se faire entendre et qu’il a fallu en arriver là pour que les médias s’intéressent à nous et à la situation de GM&S»: les représentants du GM&S évoquent au micro de Sputnik l’attitude du nouveau gouvernement face à l’usine en détresse.

    Dans la creuse, une usine du groupe GM & S devrait probablement fermer ses portes après une liquidation qui devrait être prononcée le 23 mai 2017. Prêts à quasiment tout pour garder leur emploi et pouvoir subvenir aux besoins de leur famille, les salariés mènent des actions depuis le mois d'avril. Pourtant, les représentants syndicaux ne croient pas trop au soutien du Président de la République et expliquent dans une interview à Sputnik les raisons de ce découragement.

    « Quand Emmanuel Macron était au ministère, il devait suivre le dossier, puisque nous étions en relation avec ses secrétaires. Mais ce qu'il en pense, on n'en a aucune idée, on n'a pas eu de contact depuis. Ce sont des gens au niveau du ministère qui sont au courant depuis plus de 6 mois, ils sont juste au courant », racontent Victor Silva, représentant CGT du personnel GM & S et Lydie Louis, représentante CGT.

    En outre, Lydie Louis évoque la visite d'un membre d'En Marche qui ne leur a pas laissé beaucoup d'espoir sur l'implication possible du gouvernement:

    « Il y a un représentant d'En Marche qui est venu et qui a dit que l'État n'avait pas à intervenir sur ce genre de situation », a-t-elle déploré.

    N'ayant plus grande chose à perdre, les salariés poussés à bout ont entrepris une lutte sans merci rien que pour « se faire entendre » et montrer leur détermination.

    « On a déjà commencé à casser les outils. On les a cassés en deux en fait. Pour les machines, on a commencé à casser des machines qui ne sont plus utilisées en ce moment. Il faut savoir, quand vous parlez des machines détruites, que ça fait des mois que les salariés se battent pour se faire entendre et qu'il a fallu en arriver là pour que les médias s'intéressent à nous et à la situation de GM & S. C'était un mal pour un bien, il fallait montrer la détermination des salariés ».

    Les travailleurs de GM & S revendiquent notamment que les constructeurs leur « donnent de la charge sur le long terme et pas seulement sur les deux prochaines années », car cette condition permettrait de garder le maximum de personnes sur le site.

    « Vous n'êtes pas sans savoir que ce n'est pas la première restructuration qu'ils font chez nous, qu'ils veulent nous liquider. Mais on se bat pour cela n'arrive pas », résume M. Silva.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Passation: Emmanuel Macron entre officiellement à l'Élysée
    «Méchants»: Valls règle ses comptes avec Macron et Hollande
    «Macron» ou «Macaron»: les internautes ne savent plus très bien…

    Lire aussi:

    Emmanuel Macron hué à l’usine Whirlpool d’Amiens (vidéo)
    Courrier des lecteurs JB, 2010-03-09 10:27
    Présidentielle: le chef de la CGT appelle à voter contre Marine Le Pen
    GM ne changera pas sa stratégie de production malgré les critiques de Trump
    L’ubérisation du travail: la solution pour lutter contre le chômage?
    Tags:
    usine, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik