Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron à l'Élysée

    «Verrouillage» des médias: «Il n'appartient pas à l'Élysée de choisir les journalistes»

    © REUTERS/ Gonzalo Fuentes
    France
    URL courte
    561524

    Les rédactions ont-elles encore «leur mot à dire»? Le récent incident où les journalistes n'ont pas pu assister à la sortie du conseil des ministres a suscité des interrogations quant à la communication présidentielle, ainsi que l'indignation des journalistes qui a débouché sur une lettre ouverte de ces derniers afin de rappeler leurs droits.

    Des changements dans le dialogue gouvernement-médias ont été ressentis ce jeudi lors du premier conseil des ministres, en comparaison avec l'époque Hollande. Désormais, l'Élysée détermine les personnes qui pourront accompagner Emmanuel Macron en déplacement. Ensuite, modification encore plus inquiétante, la nouvelle équipe de l'Élysée peut brusquement faire partir les journalistes venus couvrir tel ou tel événement, ce qu'elle a d'ailleurs fait aujourd'hui.

    Étonnés, les journalistes et les photographes ont été évacués de la cour d'honneur du Château où se tenait le conseil des ministres peu avant sa fin, sans pouvoir interpeller, selon l'habitude, les membres du gouvernement nouvellement formé à l'issue de la réunion.

    Un incident qui a provoqué l'ire des rédactions vedettes de l'Hexagone : furieuses, une vingtaine d'associations de journalistes de médias français, dont Le Monde et Libération, ont signé une lettre ouverte qui fustige : « Monsieur le Président, il n'appartient pas à l'Élysée de choisir les journalistes ». A la veille du déplacement d'Emmanuel Macron au Mali, le document vise à transmettre les inquiétudes des journalistes « quant à l'organisation de la communication présidentielle » en termes catégoriques :

    « Il n'appartient en AUCUN CAS à l'Élysée de choisir ceux d'entre nous qui ont le droit ou non de couvrir un déplacement », est-il dit dans le document. « Ce n'est pas au Président de la République, ou à ses services, de décider du fonctionnement interne des rédactions, du choix de leurs traitements et de leurs regards. Ce choix relève des directions des rédactions et des journalistes qui les composent », est-il conclu.

    Sur les réseaux sociaux, un vent d'indignation s'est immédiatement levé, les journalistes exhortant la nouvelle équipe dirigeante à respecter l'indépendance des médias, mécontents de toute explication.

    ​Certains rappellent toutefois le rôle des médias dans l'intronisation du candidat Emmanuel Macron.

    Faut-il s'attendre à un « verrouillage » total de la communication entre le gouvernement et les médias ? En réponse, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a assuré que l'évacuation des journalistes n'avait pas été réalisée pour verrouiller la communication mais plutôt pour « une raison pratique » : « C'est parce que la photo du gouvernement n'a pas été faite dans le même cadre habituel » et « il fallait pour cela une certaine liberté d'organisation », a-t-il expliqué.

    De même, les nouvelles mesures ont été dictées par la nécessité du libre déplacement du Président de la République et ceux qui l'accompagnent. En cela, le porte-parole a assuré que « dès la semaine prochaine » les représentants des médias pourront assister à la sortie du conseil des ministres.

    Emmanuel Macron a été élu Président de la République le 7 mai avec 66,10 % des voix selon les résultats définitifs. La passation de pouvoir officielle s'est effectuée le 14 mai à l'Élysée. Nommé Premier ministre lundi, Édouard Philippe a formé mercredi son gouvernement qui comprend 18 ministres et quatre secrétaires d'État.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Jean-Luc Mélenchon: le cabinet de Philippe, un «gouvernement de droite»
    Le gouvernement Philippe formé, 18 ministres dont 9 femmes
    Macron cherche à «exploser et la droite, et la gauche pour en récupérer des éléments»
    Tags:
    limitations, communication, journalistes, journalisme, médias, Elysée, Christophe Castaner, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik