France
URL courte
50514
S'abonner

En plein Festival international du Film, les forces de l'ordre sont intervenues pour empêcher un bain de mer en burkini d'une dizaine de femmes.

Neuf femmes qui avaient l'intention de se baigner vendredi en burkini sur les plages de Cannes ont été interpellées par la police locale avant d'être entendues au commissariat et libérées.

Selon les médias français, les femmes interpellées, dont certaines mineures, sont des amies de Rachid Nekkaz, un millionnaire algérien qui s'est fait connaître depuis 2010 en payant les amendes des Françaises qui ne respectent pas la législation nationale sur le voile intégral.

L'Algérien de 45 ans a annoncé avoir cherché à rappeler la décision du Conseil d'État qui avait cassé fin août 2016 les arrêtés interdisant la baignade en burkini pris dans différentes communes du littoral, dont Cannes.

Après être passé lui-même au commissariat, M. Nekkaz s'est rendu sur la Croisette pour expliquer aux journalistes qu'il s'était vu signifier qu'il risquait « une amende de 7 500 euros et six mois de prison pour manifestation non autorisée » s'il persistait dans sa volonté d'organiser la baignade.

Or, selon lui, il n'existe « aucun arrêté préfectoral qui nous interdise de nous baigner sur la Côte d'Azur ou ici-même à Cannes ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Qui est plus dangereux, une femme en burkini ou un homme en costume?
Les Britanniques opposés à la burqa et au burkini
L’interdiction du burkini serait-elle le canari dans la mine de charbon?
Tags:
police, burkini, Rachid Nekkaz, Cannes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik