Ecoutez Radio Sputnik
    1er tour des législatives

    Législatives en France: «Ce qui est inquiétant, c’est qu’il n’y a pas d’opposition»

    © REUTERS / Eric Gaillard
    France
    URL courte
    56828

    À l'issue du premier tour des législatives en France, une majorité présidentielle aux proportions inédites s’est dégagée. Quels contrepoids dans cette Assemblée, quelle opposition? Sputnik a recueilli l’avis de Claude Rochet, ancien haut fonctionnaire et professeur honoraire à l’université Aix-Marseille III.

    Les résultats du premier tour des législatives tenu le 11 juin dernier en France promettent une large majorité au Président Emmanuel Macron et à son parti La République en marche, au point que certains observateurs redoutent une concentration de pouvoirs excessive. Selon l'interlocuteur de Sputnik Claude Rochet, ancien haut fonctionnaire, spécialiste en philosophie politique et professeur honoraire à l'université Aix-Marseille III, « ce qui est inquiétant, c'est qu'il n'y a pas d'opposition ».

    « On ne peut pas compter sur le Parti socialiste pour s'opposer à des lois type El Khomri, d'autant que la faible opposition que représentaient les frondeurs a presque disparu: il ne reste que Christian Paul en course et quelques autres, mais avec très peu de chances de se qualifier », a précisé Claude Rochet.

    Et d'ajouter que « le Front national [n'aurait] sans doute pas plus d'un ou deux députés, et la France insoumise quelques-uns ». Selon lui, on peut prévoir « des périodes de trouble assez intenses ».

    Néanmoins, on peut aussi imaginer qu'un groupe parlementaire aussi large et renouvelé ne soit pas monolithique, et qu'on puisse voir émerger en son sein des courants, des tendances différentes, assurant une forme de pluralisme. Pour l'interlocuteur de Sputnik, le renouvellement du personnel politique inspiré par le monde de l'entreprise mène au contraire à une plus grande soumission du législatif à l'exécutif.

    « Cette majorité sera assez différente de ce qu'on a pu avoir jusqu'à présent, parce que beaucoup de ces gens n'ont pas des idéologies politiques très structurées, comme celles des partis traditionnels », a expliqué M. Rochet.

    D'après lui, les nouveaux députés vont avoir la volonté d'être beaucoup plus directs, d'avoir un impact sur la réalité, d'être moins idéologues, « mais ils n'auront pas forcément la dextérité nécessaire pour faire les choses de façon habile. […] On risque d'avoir des arbitrages un petit peu "trash" ».

    Pour l'autre interlocuteur de Sputnik, Virginie Martin, politologue, professeur à la Kedge Business School, le renouvellement relatif mis en place par La République en marche favorisera aussi l'obéissance du pouvoir législatif au pouvoir exécutif, du fait de l'élection de députés novices manquant d'expérience et de certaines compétences.

    « Le renouvellement n'est pas total mais partiel: il y a une moitié de nouveaux environ. Ce n'est pas la grande révolution, ce sont des gens qui ont été choisis, […] mais il y aura malgré tous des nouveaux visages à l'Assemblée », a-t-il déclaré.

    Lire aussi:

    La France d’outre-mer vote pour le 1er tour des législatives
    Bilan du premier tour des législatives: abstention record et victoire de LREM
    Premier tour des législatives: ouverture des bureaux de vote
    Tags:
    opposition, élections législatives, En Marche (mouvement politique français), Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik