Ecoutez Radio Sputnik
    Rafale

    Macron: la France pourra frapper seule la Syrie

    © REUTERS / ECPAC/Handout
    France
    URL courte
    28213168
    S'abonner

    La France sera en mesure de porter des frappes aériennes de façon autonome en Syrie en cas d’utilisation d’armes chimiques dans la région, a déclaré le Président français Emmanuel Macron.

    Le chef de l'État français vient de mettre les points sur les i quant à sa vision de la résolution de la crise syrienne qui ravage le pays depuis plusieurs années.

    Ainsi, l'Hexagone n'hésitera pas à bombarder le territoire syrien afin de détruire des stocks d'armes chimiques, a déclaré M. Macron dans une interview aux quotidiens Le Figaro, Le Temps, Le Soir, Süddeutsche Zeitung, The Guardian, Corriere della Sera, El Pais et Gazeta Wyborcza.

    «S'il est avéré que des armes chimiques sont utilisées sur le terrain et que nous savons en retracer la provenance», Paris sera en mesure de bombarder seule afin de «détruire les stocks d'armes chimiques identifiés», a affirmé le locataire de l'Élysée.

    Libye
    © AP Photo / Mohammed El-Sheikhy
    «L'utilisation d'armes chimiques donnera lieu à des répliques, y compris de la France seule. La France sera d'ailleurs à cet égard parfaitement alignée avec les États-Unis», a-t-il poursuivi.

    En outre, le Président français a souligné l'importance de la coopération avec Moscou, indispensable pour mettre un terme aux hostilités dans la région.

    «Nous avons besoin de la coopération de tous pour les éradiquer (les terroristes, ndlr), en particulier de la Russie. […] Réussir à travailler ensemble sur la Syrie pour lutter contre le terrorisme et déboucher sur une vraie sortie de crise, je pense que c'est faisable», a conclu M. Macron.

    Lire aussi:

    Les actions américaines en Syrie, une tentative de diviser le pays?
    Pour Macron, le départ d'Assad n'est plus un préalable à la paix en Syrie
    Syrie: une famille de 12 personnes tuée par la coalition
    Tags:
    armes chimiques, frappe aérienne, Emmanuel Macron, Russie, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik