France
URL courte
Par
704
S'abonner

Les principaux groupes parlementaires semblent atones face à l’hégémonie de La République en Marche. Le temps des ordonnances arrive et seule la France insoumise donne pour l’instant de la voix. Le parti de Jean-Luc Mélenchon est-il devenu la principale force d’opposition au gouvernement?

Les députés examinent un projet de loi qui s'annonce houleux: la loi d'habilitation sur les ordonnances pour réformer le Code du travail. Un projet qui est porté par le mouvement ultra majoritaire, La République en Marche et contre lequel on ne semble guère entendre que les députés de la France insoumise. Avec leurs interventions particulièrement remarquées, on en vient à se demander si la France insoumise n'est pas la formation politique qui incarne le mieux l'opposition dans l'hémicycle. Yves Sintomer, politologue, spécialiste de la démocratie participative nuance:

«La France insoumise représente une nouveauté incontestable, si on les compare par exemple au Parti communiste, dont l'opposition est plus routinière. Il n'en reste pas moins que ce privilège de la fraîcheur ne va pas durer éternellement. S'ils n'arrivent pas à articuler une position qui leur permet de faire passer des choses dans l'hémicycle, ce qui semble difficile, ou en tout cas, d'articuler des prises de position visibles dans l'hémicycle et puis des mouvements sociaux à l'extérieur, il est probable que leur force d'attraction ira en diminuant.»

Pour les partis qui n'ont pas réussi à se constituer un groupe parlementaire comme le Front national, incarner l'opposition sera compliqué:

«À l'intérieur de l'hémicycle, cela sera difficile, d'autant qu'une partie des parlementaires du Front national ne connaît pas les coutumes du Parlement. On a rapporté que Marine Le Pen n'avait pas pu parler initialement parce qu'elle ne savait pas qu'en s'inscrivant la première, même en tant que non-inscrite, elle pouvait avoir un accès à la parole lors de la première séance […] Il reste beaucoup plus probable que leur tribune privilégiée soit extra-parlementaire.»

Après les mauvais résultats aux présidentielles puis aux législatives, le Parti socialiste reste toujours en très mauvaise posture:

«De ce point de vue là, le groupe des socialistes est positionné de façon très difficile: il a à sa gauche des groupes qui vont se faire entendre comme le Parti communiste et la France insoumise, des partis qui le mettent en tenaille entre sa gauche et sa droite. Alors que le Front national ne représente pas dans l'hémicycle une opposition et un problème aussi important pour Les Républicains.»

Selon Yves Sintomer, Les Républicains pourraient devenir la principale force d'opposition, mais cela reste conditionné par l'éclaircissement de la situation du parti en interne:

«Il y a plus de chance que cela soit le groupe Les Républicains qu'un autre groupe, si Les Républicains réussissent à sortir de leurs querelles internes et à retrouver une certaine cohérence dans une position critique par rapport au gouvernement.»

La République en Marche peut donc continuer à profiter de cette situation, car:

«L'opposition ou les oppositions sont très éclatées et peu audibles.»

 

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Israël, Royaume-Uni: les vaccins inefficaces face au variant Delta?
Moscou dévoile les images du survol du HMS Defender par un avion militaire russe - vidéo
«Syndrome de l’escargot»: ces Français qui préféreraient rester confinés
Tags:
opposition, Assemblée nationale française, La République en Marche! (LREM), Jean-Luc Mélenchon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook