Ecoutez Radio Sputnik
    Édouard Philippe

    Budget, vraie ou fausse surprise du Premier ministre?

    © AP Photo/ Francois Mori
    France
    URL courte
    Maxime Perrotin
    22105

    Édouard Philippe ne «pensait pas» que la situation budgétaire du pays «serait aussi mauvaise» avant sa nomination. Cette concession à nos confrères du Parisien est-elle annonciatrice de nouvelles coupes à venir? 10 milliards d’économies sont en effet annoncées pour 2018, sachant qu’il reste encore un milliard à trouver pour cette année…

    Après les coupes budgétaires dans les ministères et les collectivités, les Français auraient-ils du souci à se faire quant à la sauce budgétaire à laquelle ils seront mangés en 2018? Bien sûr, cette question peut sembler bien rhétorique, étant donné les mesures promises par le nouveau Président et les coupes annoncées mi-juillet par le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, ainsi que certaines ventes d'actifs publics, qui- ajoutées à la situation générale dans le pays- flirtent allégrement avec le plan d'austérité.

    Néanmoins, est-il possible qu'après le tollé provoqué par l'annonce de la baisse des APL de cinq euros, qui concernait 20% de l'ensemble des ménages français, l'exécutif ne commence à prendre la mesure de ce que signifie gouverner un pays, fusse-t-il soumis aux règles européennes, et décide de soigner un peu plus sa communication afin de préparer le terrain aux prochains coups dans le portefeuille qui vont concerner tous les Français?… et ce dans des mesures qui dépassent allègrement le prix du paquet de pâtes apporté au palais Bourbon par le député de La France Insoumise, Alexis Corbière.

    Ainsi, dans une interview exclusive publiée ce vendredi matin dans le Parisien, notre Premier ministre se montre serein quant aux résultats de l'exécutif et ce malgré les polémiques de ces dernières semaines ou les questions des journalistes sur les 10 milliards d'euros économies annoncées pour l'année 2018, sans oublier bien sûr le milliard d'euros d'économies encore à trouver via des «mesures correctrices» malgré les coupes drastiques annoncées par le nouveau locataire de Bercy. Une interview au cours de laquelle Édouard Philippe déclare qu'il ne pensait pas que la situation budgétaire du pays «serait aussi mauvaise» avant sa prise de fonctions.

    Une sortie qui n'a pas manqué de provoquer un certain nombre de réactions, dépassant la sphère politique. Mais au-delà de savoir si on pouvait ne pas savoir dans quel état se trouvent les finances françaises, cette concession du Premier ministre est-elle annonciatrice d'un nouveau tour de vis pour l'année à venir?

    «Si on voulait procéder à des coupes on ne tiendrait pas un autre langage», réagit l'analyste financier Philippe Béchade, auteur du manuel de ré-information financière Fake News, post-vérité et autres écrans de fumée et rédacteur en chef de La Bourse au quotidien. S'il concède au chef du gouvernement que peu de personnes, même à Bercy, doivent être au fait de la réalité des comptes du pays, il a du mal à croire les propos d'Édouard Philippe. Par ailleurs, il tient également à souligner les «artifices de présentation» qu'offre un budget aussi complexe que celui de la France.

    «Il suffit de déplacer un curseur par ici, un curseur par-là, et on peut soit réduire le côté rouge de la comptabilité soit l'aggraver en imputant des dépenses, en faisant des redressements etc.» Une sortie d'autant plus surprenante que l'actuel chef de l'État n'est autre qu'un ancien ministre de l'Économie de François Hollande:

    «Je dois dire que monsieur Macron est effectivement le mieux placé pour savoir, ce serait extraordinaire qu'il n'en ait pas discuté avec son Premier ministre lorsqu'il l'a nommé. D'ailleurs je pense que les deux n'ont jamais cessé de se parler depuis l'ENA et depuis leur promotion conjointe aux Young Leaders 2012.»

    Des coupes budgétaires drastiques, qui affectent les forces de l'ordre, l'armée et la recherche ou encore les communes rurales, dans une recherche d'économies tous azimuts sur laquelle Philippe Béchade reste dubitatif, «en ce qui concerne les taxes locales, bien malin qui peut dire si les recettes vont baisser ou augmenter après réforme», souligne-t-il. D'autant plus que notre expert rappelle que le Président s'était engagé à ne pas toucher à certains budgets aujourd'hui concernés par les coups de rabots.

    «Je ne comprends pas vraiment pourquoi on tape sur le citoyen moyen, on lui demande des sacrifices, y compris aux communes, et puis de l'autre côté on ne montre aucun empressement à faire payer ceux qui en ont les moyens et qui le devraient.»

    Philippe Béchade pointe notamment du doigt le peu d'entrain pour les poursuites du fisc à l'encontre des multinationales américaines, les fameux GAFA, qui cumulent une ardoise fiscale de plusieurs centaines de millions d'euros.

    Alors pourquoi ce sérieux budgétaire si soudain? Philippe Béchade semble exclure la possibilité que le gouvernement recherche à satisfaire la Commission européenne, dont la sacro-sainte règle de maintenir un déficit public sous la barre des 3% du PIB est régulièrement rappelée à la France «on sait bien que Bruxelles a donné son quitus à plein de budgets qui n'étaient pas dans les clous!».

    Quant à nos créanciers, l'analyste financier souligne que ces derniers sont actuellement loin d'avoir besoin d'être rassurés concernant la dette française «avec des taux à 10 ans à 0,70%, des taux à cinq ans négatifs, je ne perçois pas l'inquiétude de nos créanciers ni l'urgence de leur donner des gages de bonne conduite, de saine gestion».
    Quant au Premier ministre, pour défendre ces coups de rabots, il évoque notamment dans son interview le fait que le gouvernement «a fait le choix […] d'assumer les dépenses annoncées par nos prédécesseurs mais qui n'étaient pas financées». On pense notamment au plan de formation dont Gérald Darmanin avait annoncé mi-juillet qu'il avait été sous-financé de 259 millions d'euros. On pense également à certains cadeaux électoraux de François Hollande avant la présidentielle. Autant de trous avec lesquelles le gouvernement a dû composer sans «augmenter les impôts» cette année, comme le souligne Édouard Philippe… Pas si simple pour Philippe Béchade, qui rappelle la hausse de la CSG, qui touchera un public bien plus large que celui des APL.

    Pour notre intervenant, l'une des éventualités évoquée pourrait également être la nécessité de se préparer au coût de l'organisation des Jeux olympiques. En effet, Paris a obtenu les JO d'été de 2024, un évènement sportif planétaire, dont la tenue rime assez mal avec le respect des budgets annoncés. Sur ces cinq dernières décennies, le dépassement moyen des coûts d'organisation des JO a été de 168%, selon l'économiste Wladimir Andreff. Paris planchant sur une facture de 6,6 milliards d'euros, celle-ci pourrait donc vraisemblablement dépasser les 10 milliards.

    Aux mesures fiscales, s'ajoute la volonté du ministère de l'Économie de céder certains actifs comme les deux aéroports parisiens Roissy Charles de Gaulle et Orly afin de renflouer les caisses, un comportement qui n'est pas sans rappeler les politiques d'austérité observées ces dernières années à travers l'Europe avec des résultats plus que mitigés et donc les conséquences sont aujourd'hui critiquées par la Banque centrale européenne (BCE) elle-même.

    «On n'a pas fait ce que la BCE demandait pendant des années, c'est-à-dire libéraliser le marché du travail. Maintenant, on le fait et maintenant que la BCE pense qu'il vaudrait mieux aller vers des politiques de relance, nous on serre les boulons de partout alors qu'il n'y a pas le feu, du point de vue des créanciers, la France n'a aucun souci à se refinancer.»

    Comme le souligne Philippe Béchade, la BCE n'est pas la seule institution financière internationale à partager ce constat, «il y a également le FMI qui valide ce constat que, lorsque des pays ont des budgets serrés, créer de l'austérité ne fait qu'aggraver le problème».

    En somme, réponse cet automne à l'occasion des débats sur le projet de loi de finances pour 2018.

    Lire aussi:

    Quand Emmanuel Macron butte sur la Défense
    La France, la meilleure militante pacifiste d’Europe? Loin de là!
    L’armée française mise à la diète pour boucler le budget de l’État
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik