France
URL courte
33221
S'abonner

Un homme portant une arme blanche et criant «Allahou Akbar» a été interpellé au moment où il tentait de forcer l’un des contrôles de sécurité de la tour Eiffel samedi soir vers 23h30.

Selon le communiqué de la Société d'exploitation de la tour Eiffel, un homme armé d'un couteau a tenté samedi soir de forcer un contrôle de sécurité de la tour Eiffel.

Il a été «très rapidement maîtrisé et arrêté», précise le communiqué ajoutant que le motif de son action n'est pas encore connu.

L'incident n'a fait ni blessés ni victimes.

«Les forces de police présentes sur place ont procédé à une vérification complète du site et ont demandé son évacuation vers 00h30», soit un quart d'heure avant l'heure habituelle, poursuit le communiqué.

Selon une source proche de la police, en approche du contrôle de sécurité, l'homme a sorti un couteau et crié «Allahou Akbar».

Lors de l'interrogatoire, le suspect a affirmé qu'"il voulait commettre un attentat contre un militaire et était en lien avec un membre du groupe jihadiste Etat islamique qui l'aurait encouragé à passer à l'acte", selon une source proche de l'enquête.

La Société d'exploitation s'est félicitée du fait que «les procédures de confinement du monument ont été parfaitement appliquées au sol et dans les étages».

Samedi soir, la tour Eiffel a salué l'arrivée à Paris du footballeur Neymar. Celui-ci s'est engagé jeudi pour cinq ans avec le club PSG, qui a payé au FC Barcelone la somme record de 222 millions d'euros. Le symbole de la capitale française illuminé aux couleurs du club:

 

Lire aussi:

Plus d’un demi-million pour un tronçon d’escalier de la Tour Eiffel
Attentat déjoué à Paris: la tour Eiffel, une des cibles
La Tour Eiffel évacuée, d'après des témoins
Que cache en réalité l'évacuation de la Tour Eiffel?
La tour Eiffel s'éteindra mercredi soir en hommage aux victimes de Kaboul
Arnold Schwarzenegger, reculez un peu, on ne voit plus la Tour Eiffel!
Tags:
agression, Tour Eiffel, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook