France
URL courte
61247
S'abonner

Pourquoi changer une méthode qui gagne…ou pas? Emmanuel Macron continue de communiquer avec les Français en postant des photos de lui sur Twitter. La dernière en date: celle où il signe la loi de moralisation de la vie publique. Impression de déjà vu? C’est M.Trump qui sert à son homologue français de source inépuisable d’inspiration.

Le dirigeant français poursuit sa communication par l'image avec le peuple français en s'inspirant des États-Unis et de son Président. En voici une nouvelle preuve! La scénarisation évidente aurait sauté aux yeux des internautes alors qu'Emmanuel Macron était en train de signer la loi de moralisation à la Maison-Blanche. Oups, à l'Élysée, bien sûr! Les résidences présidentielles sont faciles à confondre parce que la ressemblance de la mise en scène est troublante, affirment des utilisateurs de Twitter.

​De nombreux internautes se sont aussitôt indignés qu'on se trouvait «en Europe, pas aux États-Unis», faisant allusion à cette mise en scène bien soignée.

D'autres ont souligné l'hypocrisie d'Emmanuel Macron qui, d'après eux, soumet sans cesse son homologue américain à la critique mais l'imite en même temps.

Pour certains, il est bien évident que Donald Trump est «un copain d'affaires» d'Emmanuel Macron.

​Il y a eu ceux qui ont même proposé de trouver sept différences entre les deux clichés tout en expliquant que cela ne servirait finalement à rien, puisque les images sont quasi identiques…

​Le vendredi 15 septembre, Emmanuel Macron a signé en direct à la télévision les deux textes de moralisation de la vie politique, dits de «confiance dans la vie politique».

Lire aussi:

Poutine pêche, Macron se déguise
La France, «un grand parc d'attraction» pour le Président Macron
«Jupiter rejoint Neptune»: Macron à l’assaut d’un sous-marin agite la Toile
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Tags:
mise en scène, signature, Elysée, présidence américaine, Donald Trump, Emmanuel Macron, États-Unis, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook