Ecoutez Radio Sputnik
    Voiture de police incendiée

    Voiture de police incendiée: un verdict qui mobilise les antifas

    © Sputnik. capture d`écran
    France
    URL courte
    Mike Beuve
    364037333

    Dans l’affaire de la voiture de police incendiée sur le quai de Valmy, le tribunal a rendu son verdict ce mercredi. Sur les neuf prévenus, sept ont écopé de peines allant de un à sept ans de prison ferme, les deux autres ont été relaxés. Retour sur cette journée électrique.

    Épilogue d'un procès électrique, dans une atmosphère toujours aussi tendue! En témoignent, les quelques mouvements de foule et les slogans «tout le monde déteste la police!» scandés par les soutiens des prévenus, venus en nombre au tribunal.

    Les forces de l'ordre, qui ne souhaitaient pas revivre les débordements des jours précédents, avaient prévu un dispositif de sécurité très impressionnant. De nombreux policiers et gendarmes, ainsi que de barricades, étaient déployés aux alentours de la 16e chambre du tribunal de Paris afin de prévenir tout incident avec les manifestants et la salle d'audience avait été évacuée avant l'énoncé du verdict.

    Ce mercredi, la justice a rendu son verdict dans l'affaire de la voiture de police incendiée sur le quai de Valmy en mai 2016 pendant les manifestations contre la loi El-Khomri. Le tribunal de Paris a prononcé des peines allant de un à sept ans contre sept des prévenus, deux ont été relaxés. La peine la plus lourde a été infligée à Joachim Landwehr. Le tribunal l'a reconnu coupable d'avoir incendié la voiture de police et l'a condamné à sept ans de prison ferme. Antonin Bernanos, considéré par le parquet comme l'un des instigateurs du délit, a lui été condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour «violences aggravées».

    Ces décisions de justice ont fait vivement réagir les avocats des prévenus. Me Arié Alimi, qui a tenté de démontrer tout au long du procès les failles de l'enquête, a dénoncé le fait que la politique se serait immiscée dans la sphère judiciaire.

    «On est entré dans une nouvelle ère, une forme de régression pour les libertés publiques et les droits de l'homme, Antonin Bernanos en était un de ses défenseurs. On a considéré qu'il était coupable sur des éléments extrêmement infimes qui reposent sur des considérations pour le moins politiques».


    Me Jérémie Assous, avocat de Bryan Morio, qui a été relaxé, abonde dans ce sens. Selon lui, toute l'affaire repose sur des informations qui émaneraient des renseignements généraux, lesquels seraient «une police politique.»

    «Ils ont mis des moyens colossaux et ils n'ont pas le moindre élément objectif, ils n'ont pas réussi à trouver le moindre témoignage, ni réussi à trouver le moindre ADN, ni réussi à trouver le moindre élément incontestable. C'est uniquement une construction intellectuelle faite par les services des enquêteurs, avec une mauvaise foi exemplaire.»

    Au-delà de la gravité des faits, Loïc Lecouplier, secrétaire national d'Alliance Police, que nous avions interviewé récemment, déclarait déjà que les peines prononcées n'entraveraient en rien la détermination des prévenus.

    «Nous pensons que ce sont des peines, malgré tout, même si elles peuvent sembler lourdes comme ça, je pense que l'on perd de vue que ce sont des gens qui sont convaincus de leur action, et que malheureusement, ces peines-là ne vont pas les calmer. Je pense que nous les reverrons très rapidement sur des théâtres de manifestations.»

    De son côté, Yves Lefebvre, secrétaire général Unité-police FO, qui était interrogé par Franceinfo, s'est dit «écœuré» par ces peines trop légères par rapport à la gravité des faits:

    «Une fois de plus, je suis profondément en colère parce que les images parlaient d'elles-mêmes. C'était une énième tentative d'homicide à l'encontre des forces de l'ordre.»

    Une position partagée par Florian Philippot qui déclarait à propos du verdict sur Twitter que ce n'était «vraiment pas cher payé.»

    ​Pour autant, avec cette décision de justice, la tension ne risque pas de redescendre. En effet, des militants «antifa» ont d'ores et déjà lancé à un appel à la manifestation ce mercredi soir.

    Dans la nuit de mardi à mercredi, ils ont d'ailleurs déjà affiché leur mécontentement et leur soutien aux prévenus en déployant des banderoles sur le toit d'un des bâtiments de l'Université Paris I — Panthéon-Sorbonne.

    • Occupation d’un bâtiment de l’université Paris 1 en soutien aux accusés du procès du Quai de Valmy
      Occupation d’un bâtiment de l’université Paris 1 en soutien aux accusés du procès du Quai de Valmy
      © Sputnik.
    • Occupation d’un bâtiment de l’université Paris 1 en soutien aux accusés du procès du Quai de Valmy
      Occupation d’un bâtiment de l’université Paris 1 en soutien aux accusés du procès du Quai de Valmy
      © Sputnik.
    • Paris manif 10 oct
      Paris manif 10 oct
      © Sputnik.
    • Paris manif 10 oct
      Paris manif 10 oct
      © Sputnik.
    1 / 4
    © Sputnik.
    Occupation d’un bâtiment de l’université Paris 1 en soutien aux accusés du procès du Quai de Valmy

    Lire aussi:

    Police vs «professionnels de la violence», un symptôme alarmant pour la France?
    Égypte: 11 djihadistes seront condamnés à mort pour terrorisme
    Des Ukrainiens condamnés en France pour trafic de migrants clandestins
    Tags:
    tribunal, incendie, antifascism, police, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik