France
URL courte
550
S'abonner

Un quadruple médaillé olympique et membre du CIO a été mis en examen pour corruption passive dans le cadre de l’enquête en France sur l’achat de voix dans l’attribution des Jeux olympiques de Rio.

L'ex-sprinter namibien Frankie Fredericks a été mis en examen jeudi soir pour corruption passive et blanchiment de corruption par la justice française qui enquête sur des soupçons d'achats de voix dans l'attribution des jeux Olympiques de Rio, a annoncé l'AFP se référant à une source proche du dossier.

La justice s'est intéressée à M. Fredericks, membre du Comité international olympique (CIO), en lien avec un versement de 299.300 dollars (262.000 euros) provenant de la société du fils de l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), le jour même de l'attribution à Rio des JO de 2016.

L'ancien champion du monde du 200 m et quadruple médaillé olympique, âgé de 50 ans, a été convoqué par le juge Renaud Van Ruymbeke. L'information judiciaire, ouverte en décembre 2015 sur des soupçons d'achats de voix au sein du CIO dans l'attribution des jeux Olympiques d'été 2020 à Tokyo, a été étendue en juillet dernier à ceux de Rio-2016.

M. Fredericks, qui a justifié ce virement par des activités de promotion pour l'athlétisme, était scrutateur du vote pour le CIO, dont il est devenu membre en 2012.
La compétence de la justice française s'explique notamment par le fait que des fonds ont pu être blanchis à Paris.

Point commun de tous ces dossiers: Papa Massata Diack, ou "PMD", puissant consultant marketing de l'IAAF, que son père Lamine Diack a présidée de 1999 à 2015.

Lire aussi:

Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Tags:
corruption, mise en examen, JO 2016 de Rio de Janeiro, Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Comité international olympique (CIO), Papa Massata Diack, Frankie Fredericks
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook