France
URL courte
607412
S'abonner

Face à la décision de l'Assemblée nationale de lever l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, la députée FN a lancé que les risques judiciaires dans son pays étaient plus faibles pour les djihadistes que pour une députée luttant contre leurs crimes.

La députée du Front national Marine Le Pen a vivement critiqué la décision de l'Assemblée nationale de lever son immunité parlementaire, estimant que l'existence des extrémistes était probablement plus facile que celle du dénonciateur de leurs atrocités.

Plus tôt dans la journée, le bureau de l'Assemblée nationale a rendu sa décision après une demande judiciaire en vue de lever l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, députée FN qui avait diffusé sur Twitter des photos d'une victime du groupe terroriste Daech.

La levée d'immunité doit permettre la délivrance d'un «mandat d'amener» pour que l'élue du Pas-de-Calais se rende aux convocations du juge.

En décembre 2015, une enquête avait été ouverte par le parquet de Nanterre à l'encontre de Marine Le Pen pour «diffusion d'images violentes». Mme Le Pen avait notamment diffusé sur son compte Twitter des photos d'hommes torturés et exécutés par des djihadistes.

Lire aussi:

Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Le nombre journalier de cas de Covid-19 remonte au-dessus des 21.000 en France
Plus de 120 généraux américains accusent Biden d’avoir volé la victoire à Trump
Tags:
lutte anti-extrémiste, lutte anti-EI, critiques, levée, immunité parlementaire, décision judiciaire, justice, Daech, Marine Le Pen, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook