France
URL courte
Par
26133389
S'abonner

Les rumeurs ne cessent de courir autour des pouvoirs extraordinaires de la Main du Kremlin. Cette fois, c’est Emmanuel Macron qui a décidé de prévenir les Américains que «l'ingérence russe constitue toujours un danger pour les démocraties comme les États-Unis et la France», ajoutant qu’il fallait prendre cet avertissement au sérieux…

Même après les élections américaines et françaises, la menace de la mythique «ingérence russe» ne laisse pas Emmanuel Macron tranquille.

Depuis la Une du prestigieux Time, le locataire de l'Élysée, l'air sérieux et les yeux fixant l'horizon, a avertit les Américains des dangers émanant de la Main du Kremlin. C'est d'ailleurs toujours agréable pour celle-ci d'apparaître dans des médias réputés, bien que personne ne veuille l'interviewer elle-même.

 

 

«L'ingérence russe constitue toujours un danger pour les démocraties comme les États-Unis et la France», a mis en garde le Président français.

M.Macron a en outre appelé à rester prudents et à ne pas «sous-estimer les effets potentiels de telles interférences».

Les Américains, apparemment reconnaissant de ses consignes, ont accompagné la photo de M.Macron en couverture du magazine du titre «Le prochain leader de l'Europe*»… «si seulement il parvient à diriger la France», ajoute l'hebdomadaire en petits caractères en bas de la page.

Les mythes sur les pouvoirs extraordinaires de la Main du Kremlin, dont la fameuse «ingérence russe» dans la politique intérieure des autres pays, sont fréquemment évoqués dans des milieux politiques de différents pays. Cependant, aucune accusation ne s'est jamais appuyée sur des preuves concrètes, la majorité se contentant de louer la «surpuissante» Main du Kremlin en se référant à des sources aussi omniscientes qu'anonymes.

Lire aussi:

Le compositeur italien Ennio Morricone est décédé à l'âge de 91 ans
L'Ukraine brandit la menace d’une «guerre» contre la Russie
L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Tags:
ingérence, politique, menace russe, Emmanuel Macron, Russie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook