Ecoutez Radio Sputnik
    Les élections en France

    Six mois après l’échec des présidentielles, où en est la droite?

    © Sputnik. Irina Kalashnikova
    France
    URL courte
    Maxime Perrotin
    1771034

    Depuis l’échec de la présidentielle, la droite est en pleine recomposition. Mais dans quel sens celle-ci ira-t-elle? Ses leaders politiques renoueront-ils avec ses valeurs historiques, comme le souhaite une partie de son électorat? Interview avec l’analyste politique Frédéric Saint Clair.

    La droite serait-elle dans une «fâcheuse posture»? C'est en tout cas le diagnostic de Frédéric Saint Clair, auteur du livre La refondation de la droite (Éd. Salvator, 2016). Cet analyste en stratégie politique et ancien chargé de mission auprès de Dominique de Villepin —lorsqu'il était en poste à Matignon- revient sur une droite, multiple, qui sous la pression s'est oubliée.

    De fait, la droite est en ébullition, tout juste six mois après une défaite à une élection présidentielle qui lui était alors présentée comme «imperdable» en début de campagne. Chez les Républicains, la houleuse campagne pour la présidence et le mélodrame autour de l'expulsion des députés «constructifs» agite les esprits. Du côté de Debout la France, le lancement de la plateforme transpartisane «Les amoureux de la France», vise à recomposer le paysage politique.

    Une droite dite «de gouvernement» qui, aujourd'hui, se retrouve prise en étau entre son aile centriste, captée par un Emmanuel Macron qui assume pleinement le libéralisme et un Front national auquel elle a délaissé l'usage exclusif du Nationalisme et de la défense des prérogatives régaliennes de la France. Une droite à laquelle ne reste plus qu'un Conservatisme jamais expérimenté en France et qu'elle n'a jamais osé explorer. À ceux qui accusent Emmanuel Macron d'avoir tué la droite et la gauche, Frédéric Saint Clair répond:

    «Emmanuel Macron arrive sur un champ de ruines, il recompose. Ce n'est pas lui qui tue, lui il recompose simplement. C'est-à-dire qu'il arrive, tout est cassé, et il prend les morceaux qui l'intéressent. Bien évidemment, cela a été surprenant cette victoire-là, mais idéologiquement il n'y a rien de neuf.»

    Libéralisme, Conservatisme, Nationalisme, trois «oublis» séculaires de la droite, le christianisme étant le 4e, sur lesquels revient Frédéric Saint Clair dans son ouvrage. Le premier d'entre eux auquel la droite a été «contrainte, idéologiquement et électoralement, de renoncer», parfait stigmate d'une droite «incapable d'assumer son statut». Le libéralisme, vilipendé par une certaine Gauche, mais qui a été parfaitement assumé par Emmanuel Macron afin de remporter les élections:

    «Ironie du sort, le libéralisme est en train de prendre pied politiquement et économiquement dans notre pays. Il vient de la gauche, il vient d'Emmanuel Macron, de cette troisième voie à gauche, on pourrait presque dire Blairiste, qui cherche à rallier les bonnes volontés de droite et de gauche.»

    Deuxième «oubli», une pensée conservatrice «écartée», celle qui a valu bien des déboires à François Fillon. Pourtant celui-ci s'en défendait, preuve, selon l'auteur, de la méconnaissance des causes de son succès. «Conservatisme», un terme généralement mal employé d'après Frédéric Saint Clair, associé à tort au terme «réactionnaire», à l'immobilisme. Un immobilisme, ironie du sort là encore, qui fait la aussi l'actualité à gauche de l'échiquier politique.

    «On voit bien qu'en France, le conservatisme n'existe pas, il y a tout à créer- c'est un vrai monument —et en réalité, je pense qu'il est le vrai pilier d'opposition ou plutôt de contrepoids au libéralisme. C'est-à-dire qu'on a un besoin de conservatisme aujourd'hui, qui est un contrepoids à ce progressisme complètement irraisonné dans lequel nous sommes entrés et qui emmène la France, l'Europe et le Monde vers un "avenir", des plus incertains.»

    Seule tradition à perdurer dans le paysage politique français, et troisième «oubli», le nationalisme, dont l'extrême droite est «devenue le dépositaire unique».

    «La droite s'est trouvée dépouillée de ce nationalisme, au cours du XXe siècle, essentiellement parce qu'elle n'a pas réussi à faire le bilan de ce qui s'était passé politiquement au moment de la Seconde Guerre mondiale. Elle n'a pas réussi à enterrer Charles Maurras- pour le dire de façon directe- et à bâtir quelque chose de neuf.»

    À l'heure d'une recomposition politique majeure, la droite aura-t-elle le courage de renouer avec ses valeurs reniées ou est-elle condamnée à perdre élection sur élection, faute de s'assumer?

    «Aujourd'hui, la vraie émulsion à droite, le vrai renouvellement, se fait dans la classe intellectuelle, pas dans la classe politique. Et d'ailleurs, les Français sont lassés des discours, des programmes, des hommes politiques. En revanche, ils sont très intéressés par les livres d'Alain Finkielkraut, de Laetitia Strauch-Bonart, de toute cette droite qui essaie —qui ne prétend pas avoir la vérité-, mais qui essaie de repenser son histoire, ses traditions.»

    Ainsi, avant de se refonder, la droite ne devrait-elle pas déjà se retrouver? Quelles leçons les hommes politiques de droite ont-ils tiré de l'échec de la présidentielle? La droite parviendra-t-elle à s'assumer comme telle, ou est-elle condamnée à avoir en permanence un coup de retard sur une gauche qui l'a «domestiquée»? De fait, les médias ne cessent de mettre dans le même panier un François Fillon qui assumait son positionnement, mais qui doit sa défaite aux scandales, et Laurent Wauquiez, présenté comme le tenant d'une droite forte au sein des Républicains. Une forme d'avertissement sans frais. 

    Lire aussi:

    Les Républicains: les cadres du parti déconnectés de la base?
    La nomination d’Édouard Philippe: «un choix cohérent, mais risqué»
    «Un Premier ministre qui se laisserait imposer son gouvernement serait un pantin»
    Tags:
    parti d'extrême droite, élection présidentielle, Front national (FN), Dominique de Villepin, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik