Ecoutez Radio Sputnik
    Corse

    La Corse : vers l’indépendance?

    © NASA. NASA WorldWind
    France
    URL courte
    Louis Doutrebente
    161910

    La liste nationaliste regroupant autonomistes et indépendantistes, conduite par Gilles Simeoni, a presque remportée les élections territoriales corses dès le 1er tour, reléguant les futurs opposants loin derrière. Analyse d’un scrutin qui dessinera les rapports de force entre la nouvelle Assemblée corse et l’exécutif français.

    «Compte tenu du score obtenu par Gilles Simeoni [et la liste nationaliste, ndlr], manifestement les électeurs corses n'ont pas craint une évolution vers l'indépendance et ils restent sur les déclarations de Gilles Simeoni, qui nous explique que dans les 10 ans qui viennent, c'est l'autonomie de la Corse dans la République française qu'il propose et non pas l'indépendance.»

    José Rossi, ancien ministre du gouvernement Balladur et ancien président de l'Assemblée de Corse, analyse la tendance qu'a dessinée le résultat du 1er tour des élections territoriales de Corse. La liste conduite par Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, qui a obtenu plus de 45% des voix, placera l'autonomie politique de la Corse comme le grand vainqueur du 2e tour dimanche prochain. José Rossi considère que même si cette liste nationaliste est composée pour un tiers d'indépendantistes mené par Jean-Guy Talamoni, les électeurs corses ont bien voté pour l'autonomie et non pour l'indépendance. Il étend son analyse aux autres listes présentes lors de ce suffrage:

    «Les listes qui ont totalement disparu sont les listes de centre-gauche, qui n'étaient pas représentées dans cette élection. Et c'est l'affaiblissement du FN […] qui n'obtient que 3% des suffrages, donc cela veut dire qu'une immense majorité de ceux qui ont voté Madame Le Pen, a voté en Corse pour les nationalistes.»

    Rappelant que Marine Le Pen avait conquis «près de la moitié des suffrages» lors de la dernière élection présidentielle en mai dernier, José Rossi considère que le faible score de son parti est dû au succès de la liste d'union nationaliste. Quant aux autres partis qualifiés, il semble se féliciter qu'ils soient au deuxième tour:

    «On est dans une situation où la droite, entre la liste de M. Mondoloni et celle de Mme Bozzi, retrouve, à peu près, les scores qu'elle a obtenus en pourcentages il y a deux ans, en 2015. Donc les listes de droite, ainsi que la liste qui représentait M. Macron obtiennent un nombre de suffrages qui leur permettra, dans cette assemblée, un pluralisme politique.»

    Avant d'ajouter pour clore l'analyse de ces résultats:

    «Avant le deuxième tour, M. Simeoni, manifestement, a déjà gagné. Mais, l'enjeu du deuxième tour, c'est de faire en sorte que cette victoire ne soit pas hégémonique et que l'opposition pluraliste ait la possibilité d'exprimer ses convictions dans la diversité.»

    Cette déclaration nous rappelle que même si José Rossi s'est souvent exprimé pour que la Corse soit davantage autonome politiquement de Paris, il était élu sous l'étiquette de partis, aujourd'hui, qui représentent l'opposition à la liste nationaliste en tête des suffrages. Quant à l'abstention, il considère qu'elle est justifiée et qu'elle n'entache en aucune façon la légitimité de ce scrutin.

    Je trouve que c'est pas mal que plus de la moitié de la population ait voté à un moment où il n'y avait pas d'élection nationale, pas de campagne nationale. Et je pense que l'idée de dire que cette élection n'est pas représentative parce qu'il y avait beaucoup d'abstentionnistes […] ne tient pas.»

    Confirmant ainsi toute la conformité du 1er tour, José Rossi rappelle que les nationalistes, qui devraient gouverner la Corse dès dimanche prochain, ne le feront que pendant trois ans. En effet, à l'instar des autres régions françaises, l'île de beauté connaîtra de nouvelles élections en 2020. Si les idées autonomistes ont gagné, il souhaite savoir comment elles vont s'illustrer dans la politique de l'île:

    Parce que ce qui compte en Corse, […] c'est de savoir ce qu'on fait de cette autonomie. C'est de savoir si on a des résultats pour diminuer le chômage, pour améliorer les conditions de vie des habitants de cette région, qui sont plus défavorisés que les habitants de la moyenne des régions françaises.»

    Ces leaders nationalistes vont donc devoir discuter avec le pouvoir central afin d'améliorer la situation des Corses. Et alors que l'exécutif est resté bien silencieux et inactif depuis décembre 2015 et la première victoire des autonomistes et des indépendantistes, José Rossi évoque la future relation entre les nationalistes et Emmanuel Macron:

    «L'Élysée sera évidemment conduit à tenir compte du résultat démocratique qui s'est exprimé, mais en même temps, le Président de la République a des convictions fortes au niveau de l'unité de la République, tout en acceptant l'idée qu'il est girondin, c'est-à-dire qu'il est très décentralisateur.»

    Ainsi, le leadership des nationalistes sera essentiel pour un partenariat équilibré et positif entre la France continentale et l'île de beauté. D'autant plus que, pour José Rossi, si les idées indépendantistes incarnées par Jean-Guy Talamoni, prenaient de l'épaisseur dans la politique corse, les citoyens de l'île seraient à nouveau déchirés et l'actuel scrutin violé.

    «Si le débat sur l'indépendance était rouvert, à ce moment-là on retrouverait une Corse probablement divisée en deux et manifestement les Corses qui ont voté M. Simeoni, n'ont pas voté pour l'indépendance.»

    Lire aussi:

    Les Corses à contre-courant: les candidats nationalistes préférables à ceux de Macron
    Jean-Guy Talamoni: «Nous pensons et agirons pour que la Corse soit indépendante»
    Corse: triomphe des nationalistes avec 56,5% des suffrages
    Tags:
    élections, indépendance, Gilles Siméoni, Corse, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik