Ecoutez Radio Sputnik
    Édouard Philippe

    «Et les impôts augmentent...»: un vol privé à 350.000 euros de Philippe choque le Net

    © AP Photo / Francois Mori
    France
    URL courte
    69363
    S'abonner

    «Si Édouard Philippe ne prenait pas l’avion pour 350.000€, les députés LREM auraient pu manger autre chose que des pâtes…»: ne voulant pas utiliser un Airbus A340 de l'armée de l'air, jugé inconfortable et qui aurait mis deux heures de plus sur un trajet Tokyo-Paris, le Premier ministre français a affrété un avion privé à… 350.000 euros.

    Pour économiser deux heures de vol et voyager plus confortablement, le Premier ministre s'est offert un voyage dans un avion privé à 350.000 euros.

    Arrivé début décembre en Nouvelle-Calédonie par un vol commercial, Édouard Philippe n'a apparemment pas souhaité réitérer son expérience. Il est d'abord monté dans un A340 de l'armée de l'air affrété pour l'occasion, mais lors d'une escale à Tokyo, la délégation française, composée de 60 personnes et du Premier ministre, a embarqué dans un autre A340, beaucoup plus luxueux, loué pour 350.000 euros à l'entreprise spécialisée Aero Vision.

    L'avion loué, qui a atterri le 6 décembre à 07h30 à Orly, aura permis au Premier ministre de gagner deux heures dans des conditions luxueuses de confort, tandis que l'A340 de de l'armée s'est posé à 09h30 à Roissy, quasiment à vide.

    Cette somme exorbitante a provoqué un véritable tollé sur le Net.

    Certains ont sauté sur l'occasion pour faire preuve d'ironie en commentant les dépenses qui leur paraissent injustifiées de Matignon.

    Suite à ce tollé sur la Toile, Edouard Philippe a «assumé complètement» le recours à un vol privé à 350.000 euros tout en affirmant qu'il était «compliqué» et «cher» de déplacer un Premier ministre.

    «C'est compliqué de déplacer le Premier ministre, et c'est cher. Je comprends parfaitement à la fois la surprise et les interrogations que se posent les Français», a-t-il déclaré mercredi matin sur RTL, justifiant notamment le vol par le besoin d'être de retour en métropole avant le départ d'Emmanuel Macron en Algérie le 6 décembre.

    Tags:
    impôt, dépenses, vol privé, avion, vol, Édouard Philippe, Japon, Tokyo, Nouvelle-Calédonie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik