France
URL courte
Par
73335
S'abonner

La popularité du chef de l’État est en hausse sensible depuis un mois, à 52%, selon un sondage BVA-La Tribune-Orange. Un score qui étonne quand on l’analyse de près, puisque c’est auprès des sympathisants du Front national qu’Emmanuel Macron enregistre la plus forte progression, à + 14%. Frédéric Saint-Clair décrypte ces chiffres pour Sputnik.

«Chez l'électeur frontiste, le charisme du chef a une importance particulière. On est très attaché à la personne du chef de l'État et au fait que sa fonction doit incarner réellement ce qu'elle signifie, c'est-à-dire le chef de l'État.»

Frédéric Saint-Clair, politologue, révèle à Sputnik la première raison pour laquelle la popularité d'Emmanuel Macron est en forte hausse (+14 points) chez les sympathisants du Front national. C'est en effet l'un des enseignements surprenants de la dernière enquête mensuelle BVA-La Tribune-Orange, parue ce 20 décembre. Frédéric Saint-Clair revient sur le timing de ce gain de popularité:

«Je pense qu'il y a eu une large part d'incertitude au moment de l'élection d'Emmanuel Macron. […] Et puis, il y a eu un basculement qui s'est opéré depuis l'été […, où il, ndlr] a su renverser cette impression d'horizontalité, d'absence d'autorité qu'il avait donnée pendant la campagne présidentielle pour affirmer au contraire une forme de verticalité, de responsabilité […] Je pense que le fait de s'emparer des affaires régaliennes, comme il le fait, est plutôt bien perçu par l'opinion.»

Et il ajoute:

«La droite est historiquement plus sensible aux questions de sécurité, d'immigration, d'identité nationale et pour l'extrême droite, cela est particulièrement vrai. […] Il y a un infléchissement progressif, que l'arrivée aux responsabilités et la confrontation avec la réalité de son éthique de conviction en une éthique de responsabilité. […] Sur ces sujets régaliens, ce durcissement s'est fait sentir.»

S'il est quasiment en augmentation dans toutes les familles politiques, permettant au chef de l'État d'obtenir 52% d'opinions favorables, ce gain de popularité est remarquable chez les proches du parti national souverainiste. Cependant, seulement 35% de ces sympathisants ont une opinion bonne ou très bonne du Président Macron. Frédéric Saint-Clair pense que

«cela ne permettra pas de renverser la balance et de faire d'Emmanuel Macron une figure appréciée, à mon avis, à l'extrême droite. Mais je pense qu'il y a sensiblement un changement d'image du Président de la République qui est en train de s'opérer en ce moment.»

S'il considère qu'«un certain nombre de figures de l'exécutif» comme Jean-Michel Blanquer et Gérard Collomb peuvent contribuer à redorer l'image du chef de l'État, il n'envisage pas que cette progression pour le deuxième mois consécutif de la cote de popularité d'Emmanuel Macron s'inscrive dans la durée:

«Non, bien évidemment pas. Emmanuel Macron sera rattrapé par un certain nombre d'éléments. Les réalités sur les sujets où il gagne en popularité (raisons indiquées par cette enquête) vont se rappeler à lui. Il bénéficie d'une pause dans les attentats terroristes. Le prochain attentat va mettre en cause une partie de son discours. […] Le réel va le rattraper.»

Lire aussi:

Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Deux bus attaqués par une trentaine de délinquants près de Conflans après la mort d’un homme abattu par la police
Tags:
popularité, Front national (FN), Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook