Ecoutez Radio Sputnik
    Emoticones

    #InventeDesFakeNews: les internautes tournent en dérision l’initiative de Macron

    CC0 / Pixabay/freeGraphicToday
    France
    URL courte
    42803

    Un hashtag gagne en popularité sur le Web depuis qu’Emmanuel Macron a annoncé sa décision d’imposer des restrictions sur internet pour mettre fin aux fake news. Indignés par ce projet de censure, les internautes trollent l’initiative du Président.

    La décision du Président Macron de faire adopter une loi contre les fake news et la propagande sur internet en période électorale a provoqué de nombreuses réactions avec le hashtag #InventeDesFakeNews.

    ​Les utilisateurs des réseaux sociaux, qui apprécient la Toile pour la liberté d’expression qu’elle offre, sont très nombreux à diffuser des fausses fake news qui apparaissent toutes les quelques secondes sur Twitter.

     

    ​Dans les messages publiés sur Twitter, les internautes parlent avec ironie des événements ou situations improbables pour troller l’initiative de M.Macron.

    ​La nouvelle loi française imposera des obligations supplémentaires aux contenus publiés sur internet en période électorale et aura notamment des médias étrangers dans le collimateur.

    ​​De nombreuses personnalités politiques françaises se sont déjà exprimées à ce sujet. Le député de La France insoumise Loïc Prud'homme a ironisé évoquant les «fake news du gouvernement Macron».

    Un membre du Parti socialiste François Kalfon a ironisé mercredi sur BFM TV que si la future loi était en vigueur, le Président Macron devrait imposer des sanctions à lui même pour ses promesses électorales non tenues.

    «Le candidat Macron sera sanctionné, s'il y a cette loi sur les ‘fake news', par le président Macron, puisqu'il avait promis qu'il n'y aurait pas de sans-abris, et on constate malheureusement qu'il y en a », a-t-il noté.

    ​Le membre des Républicains Thierry Mariani a comparé la nouvelle loi du Président à l'œuvre de George Orwell, 1984. Selon le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, la loi «ne saurait être le prétexte pour restreindre la liberté sur internet».

    ​Emmanuel Macron a annoncé le 3 janvier qu'il déposerait prochainement un texte qui permettra de supprimer les contenus considérés comme fake news, de «déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l'accès au site internet».

    ​Le chef de l’État a expliqué sa décision par l’intention de «protéger la vie démocratique» des fausses informations diffusées sur les réseaux sociaux grâce à des liens parfois payés par des annonceurs anonymes.

    ​Lors d'une conférence de presse en mai dernier, à l'issue d'une rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le Président français avait déclaré que Sputnik et RT s'étaient «comportés comme des organes d'influence et de propagande mensongère» sans toutefois fournir de preuves étayant ses propos. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait alors dénoncé ces accusations dénuées de preuves. «Je pense que cette déclaration est le produit de la campagne antirusse déclenchée à l'époque de l'administration Obama qui, par inertie, s'est répandue dans d'autres pays, notamment en Europe», avait-t-il noté.

    Lire aussi:

    Loi contre les «fake news»: «Le ministère de la Vérité d'Orwell dans 1984 n'est pas loin…»
    Projet de Macron contre des fake news: un sénateur russe en explique les motifs
    Loi de Macron sur le contrôle d’internet: la France «musèle ses citoyens»
    Tags:
    désinformation, Internet, censure, Twitter, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik