Ecoutez Radio Sputnik
    Bruno Le Maire regarde l'avenir des Relations franco-russes avec optimisme

    Sanctions antirusses: Bruno Le Maire propose à Moscou une «manœuvre» éventuelle

    © AFP 2018 ludovic MARIN
    France
    URL courte
    24658

    Dans une interview accordée au journal Vedomosti, le ministre français de l’Économie et des Finances a évoqué la possibilité d’une «manœuvre» dans le cadre du régime des sanctions antirusses et s’est engagé à apporter son soutien aux PME françaises travaillant avec le marché russe.

    Bruno Le Maire a déclaré qu'il se réjouissait de la perspective d'une reprise de la coopération avec la Russie dans le secteur agricole et d'une levée partielle de l'embargo alimentaire de Moscou, relate le journal Vedomosti.

    Selon lui, Paris est forcé de travailler dans le contexte politique prédéterminé par le régime des sanctions antirusses imposés par Bruxelles et il n'y a pour le moment aucun moyen de les contourner, la France étant l'un des pays clé de l'UE. Cependant, il existe une marge de manœuvres que Paris envisage d'utiliser en vue d'approfondir la coopération économique avec Moscou, a-t-il affirmé.

    Concernant les solutions pratiques dans cette optique, il a tenu à rappeler que la Russie avait déjà levé, par le passé, une partie des restrictions sur la production française, imposées en 2013. Cette levée concernait notamment l'import de pommes de terre, qui avait entrainé selon lui un «effet positif».

    Le ministre a également évoqué la question concernant une éventuelle nuisance à longue échéance des nouvelles sanctions américaines pour le projet Sukhoi SuperJet 100, auquel participent entre autres deux sociétés françaises, Safran et Thales. Selon lui, la France continue à en analyser les éventuelles conséquences et s'engage à travailler à sa réalisation dans l'avenir. Il en va de même pour le projet gazier Yamal. Des industriels français ont pris une part prépondérante dans la réalisation de celui-ci. Selon le ministre, ce projet ne va pas à l'encontre de la politique des sanctions de l'UE ou celle des États-Unis.

    Le ministre s'est en outre engagé à apporter un soutien approprié aux PME françaises travaillant sur le marché russe. D'après lui, la France compte adopter l'année prochaine une nouvelle loi visant à favoriser l'export de la production des PME, y compris vers la Russie.

    Moscou a décrété en janvier 2014, un embargo sur l'ensemble du porc européen, motivé par des cas de fièvre porcine africaine (PPA) en Lituanie et en Pologne. Les sanctions ont jusqu'ici toujours été reconduites pour une période de six mois. C'est à nouveau le cas cette fois-ci. Elles arrivaient à échéance fin janvier 2018.

    L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a récemment transféré au tribunal arbitral la demande de l'UE contre la Russie de recouvrer une somme de 1,39 milliard d'euros par an du fait des restrictions d'importations de viande porcine. Moscou a qualifié cette demande d'infondée, la Russie ayant déjà satisfait la décision de l'OMC. Le gouvernement russe a tenu à rappeler que les Européens avaient été les premiers à violer les règles de l'OMC, en appliquant une politique de sanctions contre la Russie.

    Lire aussi:

    Embargo sur le porc: Moscou peut aussi «attaquer en justice l’action intentée par l’UE»
    Sanctions antirusses: Le Maire évoque une manœuvre, quid de sa réalisation?
    Moscou autorise l'importation de porcs en provenance de l'UE
    Tags:
    sanctions antirusses, embargo, sanctions, Bruno Le Maire, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik