Ecoutez Radio Sputnik
    Catherine Deneuve

    Anti-BalanceTonPorc: Madame Deneuve appelle à laisser aux hommes «la liberté d'importuner»

    © AFP 2018 Johannes Eisele
    France
    URL courte
    31328

    «Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit», tel est la position de 100 femmes françaises, dont l’actrice Catherine Deneuve, qui dénoncent dans une lettre ouverte le «puritanisme» et la «haine des hommes» du mouvement #MeToo lancé dans le contexte de l’affaire du harcèlement sexuel.

    Le scandale de harcèlement sexuel par le producteur Harvey Weinstein a ouvert la voie à une véritable vague de révélations sous le hashtag #MeToo (#BalanceTonPorc en français sur Twitter). Après que toutes ces révélations ont été faites et que tous les incriminés ont été lynchés (au sens figuré), un mouvement de défense des hommes a vu le jour en France.

    Roy Moore
    © AFP 2018 Drew Angerer/GETTY IMAGES NORTH AMERICA
    Un collectif de 100 femmes, dont l'actrice Catherine Deneuve, a publié le 9 janvier une tribune dans La Monde pour défendre ouvertement «une liberté d'importuner, indispensable à la liberté sexuelle» s'opposant ainsi au hashtag MeToo jugé comme une «campagne de délations».

    «Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n'est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste», dit la tribune sous le titre «Nous défendons une liberté d'importuner, indispensable à la liberté sexuelle».

    Les Françaises rejettent le «puritanisme» et la «haine des hommes» apparus depuis les premières accusations de harcèlement. Afin de lever toute ambiguïté, elles assurent qu'il ne s'agit pas d'étouffer la «légitime prise de conscience des violences sexuelles exercées sur les femmes, notamment dans le cadre professionnel, où certains hommes abusent de leur pouvoir», car «elle était nécessaire».

    «Nous pensons que la liberté de dire non à une proposition sexuelle ne va pas sans la liberté d'importuner. Et nous considérons qu'il faut savoir répondre à cette liberté d'importuner autrement qu'en s'enfermant dans le rôle de la proie», concluent les activistes.

    Sur Twitter, les internautes n'ont néanmoins pas mâché leurs mots et ont sévèrement jugé l'initiative.

    L'affaire de Harvey Weinstein a donné un coup d'envoi à une série de révélations pour viols et harcèlements sexuels impliquant des personnalités médiatiques. Notamment, le producteur de cinéma américain a été accusé d'avoir harcelé une dizaine de femmes, dont Angelina Jolie, Ashley Judd et Gwyneth Paltrow.

    La récente cérémonie des Golden Globes était placée sous le signe de la lutte antisexiste et dans la mouvance des mouvements #MeToo et #TimesUp.

    Lire aussi:

    Brigitte Bardot sur le scandale du harcèlement sexuel: «hypocrite, ridicule, sans intérêt»
    La vengeance des femmes: une entrepreneuse veut racheter la société de Weinstein
    La «liberté d’importuner» des hommes défendue: Catherine Deneuve lynchée en ligne
    Tags:
    harcèlement sexuel, hommes et femmes, lettre ouverte, Catherine Deneuve, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik