Ecoutez Radio Sputnik
    Policiers français

    Un Parisien menace de se défenestrer, mais des internautes l'empêchent de le faire

    © REUTERS/ Charles Platiau
    France
    URL courte
    525

    Un jeune homme a été secouru par la police ce dimanche dans le 17e arrondissement de Paris après avoir annoncé dans un tweet son intention de mettre fin à ses jours.

    Un grand nombre de personnes ont agi ce dimanche matin pour empêcher un jeune Parisien de mettre fin à ses jours. Ce dernier avait annoncé son projet dans un tweet avant de mettre en ligne une photo le montrant un pied sur le rebord d'une fenêtre ouverte sur le vide. 

    L'adolescent a d'ailleurs adressé une longue lettre d'adieu au Président de la République, y dénonçant l'attitude du pays à l'encontre des migrants. Là, il a affirmé que «la nation française que vous proposez je n'en veux pas» et a appelé à réfléchir à «ce que vous pouvez faire pour votre pays».

    ​L'image près d'une fenêtre était accompagnée de la phrase «vous avez fait retarder le moment maintenant faut y aller merci de votre compréhension». Ce message a été transféré par des internautes sur le compte Twitter de la police nationale, qui l'a transmis aux enquêteurs de la plateforme Pharos qui s'occupe de contenus illicites ou préoccupants en ligne.

    Selon les médias, les policiers ont secouru le jeune homme vers 10 heures du matin.

    Une histoire similaire s'est produite en avril 2017 à Nice, lorsqu'un utilisateur de Twitter avait écrit avoir pris «assez de cachets pour m'endormir pour toujours». La mobilisation des internautes avait alors permis de trouver le jeune homme et de le transporter aux urgences.

    Lire aussi:

    L'agression sexuelle collective d’une jeune femme provoque l'indignation au Maroc
    Twitter explique pourquoi il ne bloquera pas les profils de responsables politiques
    Royaume-Uni: les réseaux sociaux devront-ils répondre des publications qu’ils diffusent?
    Tags:
    sauvetage, suicide, Twitter, Inc, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik