Ecoutez Radio Sputnik
    Un soldat français en Centrafrique

    Non-lieu ordonné dans l’affaire des viols en Centrafrique, un recours probable

    © AFP 2019 PATRICK FORT
    France
    URL courte
    15015

    Les juges d’instruction ont ordonné un non-lieu dans l’affaire des viols présumés d'enfants par des soldats français en Centrafrique. Cette décision met fin à une enquête qui a duré plusieurs années.

    Les juges d'instruction ont ordonné un non-lieu dans l'affaire des soldats français accusés de viols par plusieurs enfants de Centrafrique, faute d'avoir pu établir leur implication, a appris lundi l'AFP.

    Auparavant le parquet avait demandé un non-lieu dans l'affaire, tout en admettant qu'il était impossible d'affirmer «qu'aucun abus sexuel n'avait été commis sur ces mineurs».

    L'affaire a été rendue publique en 2015 après la publication du journal britannique The Guardian faisant état d'une note interne de l'Onu relatant les auditions de six enfants, âgés de 9 à 13 ans. D'après ces données, ils auraient été victimes d'abus sexuels commis par des militaires français de l'opération Sangaris.

    Emmanuel Daoud, avocat de l'ONG Ecpat, qui lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants, a déclaré qu'un recours contre cette décision était très probable.

    «Il est vraisemblable que nous allons faire appel pour ne pas donner le sentiment, à celles et ceux qui se sont battus dès le départ, que l'affaire est terminée et que nous renoncerions à identifier les auteurs des infractions et à établir les responsabilités et les culpabilités», a-t-il dit à l'AFP.

    L'opération Sangaris a été conduite par l'armée française en République centrafricaine de décembre 2013 à octobre 2016 pour rétablir l'ordre dans ce pays africain en proie aux tensions interconfessionnelles.

    Lire aussi:

    Un nouvel incident avec un pétrolier dans le Golfe? Téhéran livre sa version
    Mediapart affirme que de Rugy a démissionné afin d'éviter de nouvelles révélations sur ses frais de député
    Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis
    Tags:
    juges, abus sexuel, non-lieu, enfants, justice, République centrafricaine, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik