France
URL courte
15015
S'abonner

Les juges d’instruction ont ordonné un non-lieu dans l’affaire des viols présumés d'enfants par des soldats français en Centrafrique. Cette décision met fin à une enquête qui a duré plusieurs années.

Les juges d'instruction ont ordonné un non-lieu dans l'affaire des soldats français accusés de viols par plusieurs enfants de Centrafrique, faute d'avoir pu établir leur implication, a appris lundi l'AFP.

Auparavant le parquet avait demandé un non-lieu dans l'affaire, tout en admettant qu'il était impossible d'affirmer «qu'aucun abus sexuel n'avait été commis sur ces mineurs».

L'affaire a été rendue publique en 2015 après la publication du journal britannique The Guardian faisant état d'une note interne de l'Onu relatant les auditions de six enfants, âgés de 9 à 13 ans. D'après ces données, ils auraient été victimes d'abus sexuels commis par des militaires français de l'opération Sangaris.

Emmanuel Daoud, avocat de l'ONG Ecpat, qui lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants, a déclaré qu'un recours contre cette décision était très probable.

«Il est vraisemblable que nous allons faire appel pour ne pas donner le sentiment, à celles et ceux qui se sont battus dès le départ, que l'affaire est terminée et que nous renoncerions à identifier les auteurs des infractions et à établir les responsabilités et les culpabilités», a-t-il dit à l'AFP.

L'opération Sangaris a été conduite par l'armée française en République centrafricaine de décembre 2013 à octobre 2016 pour rétablir l'ordre dans ce pays africain en proie aux tensions interconfessionnelles.

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Tags:
juges, abus sexuel, non-lieu, enfants, justice, République centrafricaine, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook