Ecoutez Radio Sputnik
    Des chefs préparant des plats

    Le «cuisinier du siècle», Paul Bocuse, n’est plus

    © Sputnik . Anton Denisov
    France
    URL courte
    990

    Le grand chef cuisinier français Paul Bocuse est décédé, a annoncé ce samedi sur son compte Twitter Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur et ancien maire de Lyon. Un sentiment de reconnaissance, malgré la tristesse, au «pape de la gastronomie française» a rempli les cœurs de ses admirateurs.

    Paul Bocuse, figure de proue de la cuisine nationale, s'est éteint à l'âge de 91 ans dans son sommeil. Le monde a perdu un chef triplement étoilé. Un chef connu bien au-delà des frontières de la France. Un chef qui a fait rayonner l'image de la cuisine française dans le monde entier.

    «Monsieur Paul» a été salué par Emmanuel Macron qui a estimé que le grand chef était «l'incarnation de la cuisine française».

    «Son nom seul résumait la gastronomie française dans sa générosité, son respect des traditions mais aussi son inventivité», a souligné le Président dans un communiqué-hommage à Paul Bocuse. La gastronomie française perd «une figure mythique qui l'aura profondément transformée», a-t-il constaté.

    Le guide Michelin a lui aussi salué la mémoire de Paul Bocuse, seul chef au monde à détenir trois étoiles depuis 53 ans.

    Paul Bocuse, originaire de la région lyonnaise, fut le fondateur, en 1973, de la Nouvelle Cuisine qui a apporté de la légèreté à une gastronomie française encore ancrée sur ses traditions.

    Les amateurs de la gastronomie française dans le monde entier connaissent sa «poularde demi-deuil», son «gratin de queues d'écrevisses» ou encore sa «soupe VGE», soupe aux truffes noires ou soupe Élysée, spécialité culinaire créée en 1975 et dédiée au Président Valéry Giscard d'Estaing (surnommé VGE). Et pour finir sur une note sucrée, le célèbre fondant au chocolat façon Paul Bocuse.

    Lire aussi:

    Un nouveau cursus pour former des restaurateurs de niveau mondial en Sibérie
    Baran-Rapan
    «C'est à table qu'on gouverne»: la gastronomie, ce soft power au service de l’Élysée
    Tags:
    décès, cuisine, Michelin, Paul Bocuse, Emmanuel Macron, Valéry Giscard d'Estaing, Lyon, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik