France
URL courte
2894
S'abonner

Les candidats LREM se sont inclinés dimanche face à leurs adversaires des Républicains lors de deux législatives partielles dans le Val-d’Oise et à Belfort, provoquant une vive polémique dans les réseaux sociaux. S’agirait-il d’une tendance indiquant une chute de popularité du Président Macron, comme le suggèrent certains internautes?

Les victoires remportées par Les Républicains (LR) face aux candidats du mouvement La République en marche (LREM) d’Emmanuel Macron, aux législatives partielles de dimanche dans le Val-d’Oise et à Belfort, n’ont pas laissé les internautes indifférents.

Ian Boucard, candidat LR arrivé en tête du premier tour, a devancé au deuxième tour Christophe Grudler, candidat Modem soutenu par La République en marche, dans la première circonscription du territoire de Belfort, avec 58,93% des voix contre 41,07%. Antoine Savignat (LR) est arrivé premier dans le Val-d’Oise face à la candidate LREM Isabelle Quoy-Muller (48,55%), qui avait pourtant remporté le premier tour.

Christophe Castaner, délégué général de LREM était, paraît-il, si certain de l’imminence des défaites qu’il n’a pas attendu le dépouillement du scrutin pour déclarer que les législatives partielles n’avaient en aucun cas valeur de «test» national. Pourtant M.Castaner s’était déplacé en personne à Vigny (Val-d’Oise) pour soutenir la candidate LREM.

​Certains estiment que les deux sièges obtenus par les candidats LR montrent le retour de la «vraie droite républicaine».

​D’autres se réjouissent de l’élection des candidats du parti dirigé par Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse, tandem qu’ils considèrent comme «plus efficace» face à LREM.

​Le président du parti Les Républicains et la présidente de la région Île-de-France, qui ont des relations pour le moins tendues, se sont rendus fin janvier dans le Val-d’Oise pour soutenir leur candidat, comme s’ils voulaient combler les attentes de leur électorat.

​Pour certains utilisateurs des réseaux sociaux, la défaite des candidats LREM dans deux circonscriptions montre que les Français «commencent à comprendre l’imposture Macron».

​Et ceux qui relativisent la victoire des LR pensent que les résultats ne changent pas la situation puisque les deux partis soutiennent parfois les mêmes lois.

​Même des sympathisants de gauche se sont engagés dans cette polémique, commentant ou saluant les victoires de la droite.

​Il est à noter que l’exécutif reste toujours dans une position majoritaire relativement confortable avec 349 députés après ces élections tenues avec un très faible taux de participation (de 20% à 30%).

Selon des médias, cette forte abstention signifie que les électeurs qui soutiennent la politique du gouvernement ne se sont pas mobilisés. D’autres affirment que les électeurs de LREM ont été plus nombreux à se détourner des urnes que ceux des LR dimanche dernier, ce qui pourrait annoncer une certaine perte de confiance pour le parti présidentiel.

Lire aussi:

Pourquoi des affiches de l’État sur le pass sanitaire étaient datées de janvier 2020? Explications
En bombardant le Liban, Israël envoie un message à l’Iran
«La gorge me brûlait»: voici ce qui s’est passé dans la salle de cinéma évacuée à Annecy en pleine première d’OSS 117
Togo: Sitôt construit, un barrage s'écroule… les espoirs des villageois aussi – photos
Tags:
France, Belfort, Val-d'Oise, Emmanuel Macron, Ian Boucard, Antoine Savignat, Christophe Grudler, Isabelle Quoy-Muller, Christophe Castaner, Laurent Wauquiez, La République en Marche! (LREM), Les Républicains (LR), législatives partielles, Valérie Pécresse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook