Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Macron: la France n’a pas de «preuve que des armes chimiques ont été utilisées» en Syrie

    © Sputnik . Alexeï Vitvitski
    France
    URL courte
    35734

    La France n’a pas de preuves que des armes chimiques sont utilisées en Syrie contre des civils, mais elle «frappera» en cas de preuve avérée, d’après le Président Emmanuel Macron.

    Les services secrets et les militaires français n'ont pas trouvé de preuves que des armes chimiques interdites par les traités internationaux sont utilisées en Syrie, a déclaré mardi le Président Emmanuel Macron lors d'une rencontre avec des journalistes à Paris.

    «Aujourd'hui, nous n'avons pas de manière établie par nos services, par nos forces armées, la preuve que des armes chimiques proscrites par les traités ont été utilisées contre les populations civiles, évidemment nous sommes en surveillance extrême sur ce sujet», a indiqué M.Macron.

    Dans le même temps, il a réaffirmé que Paris frappera s'il y a des preuves d'utilisation d'armes chimiques dans ce pays.

    Commentant en janvier l’initiative française du «Partenariat international contre l’impunité d’utilisation d’armes chimiques», la Russie a appelé la communauté internationale à ne pas céder au «dictat» de ceux qui ont soif de la destitution de Bachar el-Assad.

    Les autorités syriennes ont à plusieurs reprises démenti tout recours aux armes chimiques contre les civils ainsi que contre les terroristes, en soulignant que l'ensemble des arsenaux chimiques syriens avaient été retirés du pays sous contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Lire aussi:

    Moscou soupçonne «un sabotage» dans l'enquête sur les attaques chimiques en Syrie
    Assad explique pourquoi Damas n’a pas besoin d’utiliser d’armes chimiques
    Un média d'État syrien accuse les services secrets US d'avoir orchestré des attaques
    Tags:
    frappes, preuves, armes chimiques, Bachar el-Assad, Emmanuel Macron, France, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik