Ecoutez Radio Sputnik
    Gavel

    Jawad Bendaoud, le logeur des djihadistes du 13 novembre, relaxé

    CC0 / Joe Gratz / Courtroom One Gavel
    France
    URL courte
    16317

    Jawad Bendaoud, surnommé «le logeur de Daech» des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, a été relaxé mercredi 14 février par le tribunal correctionnel de Paris, alors que le ministère public avait requis quatre ans de prison contre ce délinquant jugé pour recel de terroristes.

    Le tribunal correctionnel de Paris a décidé de relaxer mercredi Jawad Bendaoud, qui avait procuré un logement à l'auteur présumé des attentats du 13 novembre 2015, Abelhamid Abaaoud, après ce massacre qui a couté la vie à quelque 130 personnes et a fait plus de 400 blessés.

    Quant à ses coprévenus, le tribunal a condamné Mohamed Soumah à cinq ans avec maintien en détention, et le cousin d'Abdelhamid Abaaoud, Youssef Aït-Boulahcen, à la peine de quatre ans de prison, dont un avec sursis, sans mandat de dépôt, pour «non-dénonciation de crime terroriste».

    Isabelle Prévost-Desprez, la présidente de la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris, a constaté la «radicalisation certaine» de ce dernier. Au sujet de Bendaoud, Mme Prévost-Desprez a précisé qu'il a été «constant dans ses déclarations» et qu'il a eu «des doutes sur les personnes qu'il allait héberger».

    Le logeur des djihadistes, Jawad Bendaoud, délinquant multirécidiviste de 31 ans, était jugé pour «recel de malfaiteurs terroristes» et encourait six ans de prison. Le procureur avait requis quatre ans de prison à son encontre et à l'encontre de Mohamed Soumah. Puis, on a requis cinq ans avec mandat de dépôt contre Youssef Aït Boulahcen, cousin d'Abdelhamid Abaaoud et frère d'Hasna Aït Boulahcen, qui est décédée aux côtés des djihadistes lors d'une opération du Raid.

    Lire aussi:

    «Complicité avec l'ennemi»? Des Français se déchainent face à la relaxe de Jawad Bendaoud
    Quand le «logeur de Daech» devient la star du Web, les internautes grincent des dents
    Entre honte et fierté, la relaxe du «logeur de Daesh» divise l’opinion
    Tags:
    libération, condamnation, tribunal, djihadisme, attentats du 13 novembre à Paris, Saint-Denis, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik