Ecoutez Radio Sputnik
    Limitation de vitesse à 80 km/h

    Limitation à 80 km/h: le gouvernement se crash-test

    CC0
    France
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    41983

    Elle devait être «transparente, honnête et rigoureuse», mais personne n’a eu connaissance de ses résultats. Face au refus du Gouvernement de fournir des données sur l’expérimentation de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h, une association a réalisé un recensement des accidents survenus dans les zones concernées... Accrochez vos ceintures.

    Rouler ou se faire rouler. L'association 40 millions d'automobilistes prouve que la limitation de vitesse à 80 km/h ne réduit pas la mortalité routière. Pire, l'accidentalité aurait même augmenté avec la mise en place de l'expérimentation sur laquelle se base le gouvernement pour proposer sa réforme controversée.

    Sur la seule année pleine de l'expérimentation, soit l'année 2016, tous les indicateurs repartent à la hausse: «30 blessés sont alors à déplorer, soit autant qu'en 2013, plus qu'en 2012 (26) et non loin de 2014 (31), qui est la pire année en nombre de victimes (34) et de gravité des accidents» déplore Pierre Chasseray, délégué général de l'association, à l'hebdomadaire Le Point.

    Initié en 2015 par Bernard Cazeneuve, mise en œuvre en juillet de la même année, jusqu'en juin 2017, l'expérimentation à 80 km/heure a été réalisée sur 86 km de routes secondaires dans la Drôme, la Haute-Saône et entre la Nièvre et l'Yonne. «Comment, en effet, tirer, d'aussi faibles sections d'étude et sur une période aussi courte, un résultat qui soit éclairant?», s'interroge l'hebdomadaire, qui a eu connaissance en avant-première des résultats de l'enquête, pour le moins alarmants.

    L'association a recensé tous les accidents de la circulation survenus entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre 2016 sur les 3 sections routières concernées par l'expérimentation de la baisse de la vitesse autorisée, grâce aux fichiers du Bulletin d'analyse des accidents corporels de la circulation (BAAC) du Ministère de l'Intérieur. « Des chiffres que le gouvernement s'est toujours refusé de donner», explique Pierre Chasseray à Ouest France.

    «La compilation de l'ensemble des fichiers de données "lieux", "caractéristiques", "véhicules" et "usagers" a permis de déterminer avec précision le lieu des accidents, le nombre et la catégorie des usagers impliqués ainsi que la gravité de leurs blessures», décrit l'association dans son communiqué. Par respect de la vie privée, les données concernant les responsabilités et les causes des accidents, comme une vitesse excessive ou inadaptée, sont en revanche indisponibles.

    Mais le gouvernement entend bien baisser la vitesse pour diminuer le nombre de morts, malgré le mécontentement des Français et de quelques politiques: il a officiellement annoncé, en janvier dernier, l'abaissement de 90 km/h à 80 km/h sur les routes secondaires à double sens.

    «Nous en ferons le bilan dans deux ans. Si les résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances après deux années de mise en œuvre, le Gouvernement prendra ses responsabilités», a précisé Édouard Philippe lors de sa présentation à la presse, qui semble se fonder sur cette expérimentation, qui devait être «transparente, honnête et rigoureuse», mais qui est surtout cachée au public.

    Lire aussi:

    Adieu, l’année la plus sécurisée dans l’histoire de l’aviation?
    Le cortège du Président Porochenko renverse un vieillard dans le centre de Kiev (vidéo)
    Voici comment plus de 50 millions de personnes meurent chaque année dans le monde
    Tags:
    sécurité routière, limitations, vitesse, automobiliste, automobile, ministère français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik