France
URL courte
29273
S'abonner

Le nombre de Français mécontent de leur Président et leur Premier ministre a augmenté au mois de février pour atteindre 55% et 50% respectivement, indique un sondage Ifop, cité par l'AFP.

La cote de popularité d'Emmanuel Macron a chuté de six points en février, à 44% de satisfaits, et celle d'Édouard Philippe a reculé de trois points à 46%, écrit l'AFP, se référant au sondage mensuel de l'Institut français d'opinion publique (Ifop) réalisé pour le Journal du Dimanche (JDD).

À la question «êtes-vous satisfait ou mécontent d'Emmanuel Macron comme Président de la République?», 44% des sondés répondent «satisfaits» (5% très satisfaits et 39% plutôt satisfaits), tandis que 55% se disent «mécontents» (21% très mécontents et 34% plutôt mécontents). 1% ne se prononce pas.

Pour le Premier ministre Édouard Philippe, 46% se disent satisfaits (5% très satisfaits, 41% plutôt satisfaits), alors que 50% sont mécontents (16% très mécontents, 34% plutôt mécontents). 4% ne se prononcent pas.

Pour le Premier ministre, le pourcentage de mécontents (50%) atteint son plus haut niveau depuis mai 2017.

Alors que le chef de l'État comptait en décembre et janvier plus de contents que de mécontents, la tendance s'inverse, mais avec 55% de mécontents elle n'atteint pas les plus hauts niveaux enregistrés en août (57%) et en octobre (56%).

Sondage réalisé par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 9 au 17 février auprès d'un échantillon de 1.953 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Lire aussi:

Vol «d’enfer» entre le Maroc et la Belgique: les passagers hurlent et prient en pleine tempête – vidéo
Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
Erdogan réagit aux déclarations du Kremlin sur le «pire scénario» à Idlib
Un petit chien se sacrifie pour sauver sa propriétaire des crocs d’un imposant canidé
Tags:
popularité, Ifop, Edouard Philippe, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook