Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen, la líder del Frente Nacional y candidata a la presidencia francesa

    Marine Le Pen mise en examen pour des images de Daech sur Twitter, les twittos réagissent

    © REUTERS / Philippe Laurenson
    France
    URL courte
    611163
    S'abonner

    La Présidente du Front national a été mise en examen pour «diffusion d’images violentes» après avoir diffusé en décembre 2015 des photos d’exactions commises par Daech. Alors que Marine Le Pen risque une peine allant jusqu’à trois ans de prison et 75.000 euros d'amende, les internautes n’ont pas tardé à réagir pour commenter cette situation.

    Marine Le Pen a été mise en examen jeudi 1er mars par un juge d'instruction du tribunal de Nanterre pour avoir diffusé sur Twitter des photos de victimes du groupe terroriste Daech en décembre 2015.

    Convoquée par le juge d'instruction chargé de cette affaire, la présidente du Front national est poursuivie pour «diffusion de messages à caractère violent susceptibles d'être vus par des mineurs», un délit passible de trois ans de prison et 75.000 euros d'amende, d'après les médias locaux.

    «Je suis mise en examen pour avoir dénoncé l'horreur de Daech. Dans d'autres pays ça me vaudrait une médaille […] La persécution politique n'a même plus la limite de la décence», a réagi à son tour Marine Le Pen auprès de l'AFP.

    Dès que l'information sur la mise en examen de Marine Le Pen a été diffusée par des médias, les internautes se sont empressés de commenter cette situation sur Twitter.

    La plupart des internautes manifestaient leur soutien à Mme Le Pen, trouvant cette décision injuste.

    ​Les autres revenaient sur le contenu des images publiées par la présidente du FN.

    ​D'autres encore évoquaient l'instrumentalisation de la justice dans le but de servir des objectifs politiques.

    ​Certains ont même signalé que les médias avaient publié des photos d'un contenu plus violent que celles qui avaient été partagées par Marine Le Pen.

    ​Un brin d'ironie n'a pas non plus manqué aux commentaires publiés.

    ​La présidente du Front national avait posté le 16 décembre 2015 trois photos montrant des exactions de Daech en réponse au journaliste Jean-Jacques Bourdin qu'elle accusait d'avoir «fait un parallèle» entre le groupe terroriste et le FN à la suite des attaques djihadistes à Paris et Saint-Denis.

    Marine Le Pen avait alors enchaîné trois messages adressés à l'animateur avec la mention «#Daesh, c'est ÇA!» dans lesquelles elle ajoutait à chaque fois une photo de crimes perpétrés par le groupe terroriste, dont celle du corps décapité du journaliste américain James Foley. Comme le rappelle le Parisien, elle avait ensuite retiré une des photos qui avait «profondément choqué» la famille de l'otage américain exécuté par Daech.

    Le parquet de Nanterre avait lancé le jour même une enquête pour « diffusion d'images violentes » suite à un signalement des clichés par le ministre de l'Intérieur d'alors, Bernard Cazeneuve, à la direction de la police judiciaire. Deux informations judiciaires distinctes avaient ensuite été ouvertes, l'une visant Marine Le Pen et l'autre Gilbert Collard.

    Lire aussi:

    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Un couple achète un vieux château en France et se met à gagner des millions – photos
    Ils font une découverte macabre à l’intérieur d’un crocodile de 4 mètres
    Tags:
    commentaires, internautes, enquête, médias, photo, Daech, Marine Le Pen, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik