Ecoutez Radio Sputnik
    Grève

    Procès en appel d’ex-salariés Air France: la CGT va-t-elle perdre sa «chemise arrachée»?

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Mike Beuve
    1091

    Ce 12 mars s’ouvre le procès en appel de douze ex-salariés Air France dans l’affaire dite de la «chemise arrachée». La CGT s’est donc mobilisée devant le palais de Justice pour dénoncer la «volonté de considérer les militants syndicaux comme des délinquants.» Sputnik est allé à la rencontre des manifestants.

    «C'est une vraie volonté de considérer les militants syndicaux comme des délinquants. Et quand je vois un certain nombre de vrais délinquants, je pense aux délinquants financiers qui sont amnistiés et qu'on oublie les fautes qu'ils ont commises, on voit bien qu'il y a deux poids, deux mesures, entre ceux qui luttent contre le chômage et ceux qui l'accentuent en spéculant, en boursicotant.»

    Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, n'a pas mâché ses mots devant le tribunal de justice de Paris. Ce lundi 12 mars s'ouvrait le procès en appel d'ex-salariés de l'entreprise Air France dans l'affaire dite de la «chemise arrachée». Des images qui avaient défrayé la chronique, en France et dans le monde, montraient un des DRH torse nu, chemise en lambeaux après avoir traversé une foule de manifestants en colère. Tout un symbole.

    Les douze ex-salariés impliqués ont déjà été jugés en première instance pour violences et dégradations, pour certains à des peines de prison en sursis, d'autres à des amendes à hauteur de 500 euros. Ces peines ont été prononcées suite à la manifestation du 5 octobre 2015 devant le siège de la compagnie aérienne Air France. En effet, la mobilisation syndicale avait alors dégénéré lorsque les grévistes avaient envahi le comité central d'entreprise, tandis que la direction devait annoncer la suppression de 2.400 emplois.

    Un procès en appel qui n'est pas du goût d'Air France puisque dans un communiqué envoyé à l'AFP, l'entreprise indiquait «regretter que ce procès se poursuive, imposant à toutes les victimes de se replonger dans ces évènements, qui ont été choquants pour tous.» Selon la compagnie aérienne, le jugement du tribunal de Bobigny «qui a condamné sans ambiguïté les violences, était un jugement mesuré». Il aurait dû «permettre de tourner la page du triste épisode des violences.»

    Des déclarations que Philippe Martinez fustige, car pour lui «ce sont toujours les mêmes qui sont visés, c'est-à-dire ceux qui organisent la riposte, ceux qui organisent la lutte que ce soit chez Air France, chez PSA, chez GM & S ou dans bien d'autres entreprises.»

    «Ce procès, il faut le remettre dans son contexte. C'est l'annonce de 2.400 suppressions d'emploi dans le groupe Air France. C'est-à-dire 2.400 personnes et leurs familles qui vont être soumises au chômage, à la précarité, à la rue parfois. Au lieu de dénoncer cette violence patronale, de la condamner. On condamne ceux qui ont manifesté, qui se sont défendus.»

    Et d'ajouter,

    «On veut pointer du doigt surtout ceux qui organisent ces mobilisations […] Il est temps d'arrêter cette criminalisation de l'action syndicale. Ceux qui prônent le dialogue à longueur de journée veulent un syndicalisme à leur botte. à chaque fois qu'il y en a qui cherchent à se défendre et bien voilà où ils finissent: au tribunal. C'est proprement scandaleux!»

    Le syndicaliste regrette également le fait que les «conflits du travail se règlent maintenant au Palais de justice et non pas dans l'entreprise, dans le bureau du DRH». Il souhaite qu'«une loi d'amnistie soit prononcée et votée par le Parlement, car les délinquants ce ne sont pas les salariés, pas les militants syndicaux, ce sont ceux qui organisent le chômage.»

    «Le gouvernement essaie d'impressionner ceux qui ne se laissent pas faire, ceux qui proposent des alternatives. La meilleure réponse que l'on peut avoir c'est de continuer les mobilisations» conclut le syndicaliste.

     

    Lire aussi:

    Macron réussit l’exploit de réunir tous les syndicats contre lui
    Turbulences chez Air France: «France is in the Air», les grèves aussi
    Reforme de la SNCF, chemin de fer, chemin de croix ou «langue de bois»?
    Tags:
    manifestation, Air France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik